You are here: HomeWallOpinionsArticles2018 02 18Article 433404

Opinions of Sunday, 18 February 2018

Columnist: Boris Bertolt

Chassement de Biya du pouvoir: voici les 10 commandements selon les adeptes

Cher’s amis ne vous trompez jamais. Nous n’avons pas l’argent. Nous n’avons pas les armes. Nous n’avons pas l’administration. Nous n’avons pas les renseignements mais nous avons la foi. L’amour, le pardon, l’humanité et la détermination.

Oui. C’est ce qui permet de bouger les lignes. Ensembles, anglophones, francophones. Du Nord, du Sud de l’est à l’ouest. Ngoumba, mbaya, Foulbe, Peuhl, Bassa, Ntoumou. Ce que nous avons en commun c’est notre humanité et notre désir de vivre ensemble et construire un nouveau pays. Nous souffrons beaucoup pour accepter encore 7 ans.

Certains vont mourir Pluto que dire l’avait prévu. Et au moment de la mort vous demanderez à Dieu pourquoi... NONNNNN. Dieu vous a donné les moyens de vous battre pour améliorer vos vies, mais vous avez choisi de souffrir.... REFUSONS LA SOUFFRANCE ET TRAVAILLONS POUR LE CHASSEMENT. RENDEZ-VOUS: POSTE CENTRALE.

Personne ne sera payé. Personne car le travail du chassement est un travail Njoh. L’argent c’est pour ceux qui vont l’utiliser pour lutte et rien que la lutte. pour l’opération TERMINUS.

LES DIX COMMANDEMENTS DU MANIFESTANT

1. Ne commettez pas d’actes de violence

2. Isolez ceux qui en commentent, car ce sont des saboteurs, mais ne leur faites rien

3. Ayez toujours le drapeau vert rouge jaune avec vous

4. Chantez l'hymne national quand les soldats chargent - chantez l'hymne le plus possible

5. Ne manifestez pas en rythme désordonné

6. Offrez des cadeaux aux soldats les plus proches, de l'eau, des bananes, des oranges

7. N’insultez pas les soldats, car tout Camerounais qu'on insulte se fâche

8. Parlez-leur comme à des frères et sœurs

9. Si un seul bataillon fraternise, les autres vont tomber, car les soldats ne vont pas se tirer dessus.

10. Rappelez-vous le transport en taxi ou en car au pays: quand un soldat est assis à côté du chauffeur, les gendarmes et les policiers laissent le taxi ou le car passer.

In : Patrice Nganang : Contre Biya – Procès d’un Tyran, Editions Assemblage. 2011, p.151.