You are here: HomeWallOpinionsArticles2017 08 31Article 420069

Opinions of Thursday, 31 August 2017

Columnist: Boris Bertolt

De lourdes accusations pèsent sur Maxime Eko Eko, le DG de la DGRE

Monsieur le président, jusqu’à quand allons-nous « gober » les montages de la DGRE ?

La DGRE n’est plus cette auguste institution qui avait pour rôle d’intercepter les informations fiables pour les mettre à la disposition de notre justice ; Mais un laboratoire de fabrique des dossiers pour se faire une manne financière (affaire Abah Abah, cambriolage, otages de Lagdo et j’en passe). Bref une institution de règlement de compte.

Pire les locaux de la DGRE sont devenus une zone d’exécution extra-judiciaire des Camerounais, une zone de non droit. Dans mes prochaines publications, je vous démontrerais preuves à l’appui toutes les monstruosités qui se passent ici à la DGRE.

Monsieur le président, je rendrais désormais public tous les agissements des hauts gradés et hauts fonctionnaires qui, tapis dans l’ombre tirent les ficelles pour éliminer tout potentiel adversaire et se font fortune sur le dos de nos jeunes vaillants soldats qui meurent tous les jours sur le terrain. Crimes de masses, trafics d’armes et otages à la limite génocide et connexion avec les bandes armées, tout va passer à la trappe. Nos compatriotes doivent savoir.

D’ailleurs en guise d’apéro je vous demanderais Monsieur le Président en tant que garant de l’égalité de tous les Camerounais devant la justice, d’instruire à la DGRE de remettre à la justice les personnes que je vous citerais en annexe de cette lettre.

Ces personnes sont détenues, enchainées à la DGRE pieds et mains liés depuis 05 ans, pour certaines d’entre elles d’autres sont détenues juste parce qu’elles sont dépositaires du secret qui entoure le partage de l’argent entre les pontes du régime dans la négociation des otages. Les multiples versements de rançon versées aux soit disant ravisseurs.

ANNEXE
Personnes détenues enchainées à la DGRE depuis 2013 pour certaines et 2014 pour d’autres :

- ABDALLAH ADAMOU (pivot de la négociation des otages avec Boko Haram)
- LOGONE MAHAMAT (lieutenant d’ABDALLAH)
- HAROUNA transit (négociateur avec Boko Haram)
- ABDOULAYE ABBA MALLA (lieutenant de la négociation)
- GREMA HASSAN (lieutenant de LOGONE MAHAMAT)
- AÏSSAMI OUSMAN (fin connaisseur de ZAMBISSA)
- MOHAMED BAUCHI (membre du groupe de l’enlèvement de la famille FOURNIER)
- ALHADJI MARIE (policier membre de la négociation)
- HASSAN TEMONISSA (négociateur otages Lagdo)
- AHMED IDRISS (membre)