You are here: HomeWallOpinionsArticles2020 02 10Article 490900

Opinions of Monday, 10 February 2020

Columnist: Coupsfrancs.com

Elections 2020: 'les mains de Paul Biya tachées de sang'

Des pertes en vies humaines comme trophée politique n’honorent pas le NOUN. Il est des attitudes qui font croire que, l’extrémisme violent structure encore la praxis politique des uns et des autres dans le Département du Noun en général. En effet, je déplore les rixes observées en particulier à Koupa Matapit pendant les consultations électorales d’hier.
Manifestement, l’en sauvagement politique a mangé ses enfants hier à Koupa Matapit.

J’entends brandir comme argument dans les certains milieux que, ces vies se sont envolées au nom d’une ”révolution” voire pour la passion ou les convictions politiques. Quels arguments ?

Retenez le, la révolution, ne consacre pas la barbarie. Qui plus est, une révolution souhaitable ne se confine pas à un micro système. Elle doit se situer dans une perspective plus élargie, et surtout, elle doit profiter à plus d’une personne.

Revenons en à l’histoire des révolutions!
À s’en référer au passé révolutionnaire de l’Occident, et sous un prisme politique davantage, il est clair que la lutte relative à l’abandon du vote censitaire dans la Rome antique aura été une révolution avec une plus value conséquente pour toute la société romaine car, elle a permis et a consacré le suffrage universel (droit de vote reconnu à tout citoyen ayant atteint la majorité électorale)

Bien évidemment, les guerres de 30 et 100 ans bien qu’ayant été motivées par les luttes inter chapelles religieuses dans la même sphère géographique ont eu un mérite : celui d’avoir favorisé l’éclosion d’une conscience politique et sociale fort opportune entre les factions rivales (France et Grande Bretagne).

Observons bien, dans la dynamique de la renaissance ou de la reconstruction de l’Europe, les monarchies centristes étaient les régimes politiques les plus combattues notamment celles de Castilles et d’Aragon, toutes choses ayant permis la reconstruction politique de l’Europe au moyen de l’avènement de l’État moderne : la République (res publica ou chose publique) et ses biens faits que nous connaissons tous.

La lutte contre la papauté comme appareil politique le plus important a été une révolution salutaire car, elle au moins a permis un rééquilibrage entre les couches sociales (prolétaires, bourgeois, grandes familles, leaders spirituels…) .

Rendu au vingt et unième siècle, et après les grandes tragédies (première et deuxième guerre mondiale) vécues par l’humanité au vingtième siècle, il me semble et ce au moyen d’une consécration textuelle plurielle (Déclaration universelle des droits de l’homme du 10 décembre 1948, charte des Nations Unies…) qui reconnaît le caractère sacré de la vie humaine que, admettre l’inculture politique sous ses différentes facettes (fanatisme, achat de conscience, charter électoral…) comme une quelconque révolution relève de la comédie, et devrais-je le rappeler, une comédie qui dure pour trop peut se transformer en tragédie.

Koupa Matapit que s’est-il passé concrètement ? Après la collecte des informations et surtout au moyen de la confrontation des sources, nous avons eu les informations de terrain ci-après :

1-Des gens suffisamment constitués en termes d’effectifs, logistique et autres…, après avoir intimidé les citoyens en situation d’exercice de leur devoir civique à Foumban dans plusieurs bureaux de vote, pour les contraindre à élire une certaine formation politique, ont pris le chemin pour aller se livrer à la même activité cette fois ci à Koupa Matapit.

2-A Koupa Matapit, les votants d’un bureau de vote devant connaître ce type de visite et d’exigence s’y sont opposés farouchement et violemment, d’où les pertes en vies humaines qui sont malheureusement enregistrées.
J’entends aussi dire que la liberté d’aller et venir n’est pas abrogée pendant le temps d’élections, je peux comprendre. Mais, est-on aussi libre dans l’exercice de sa liberté d’aller et venir de vouloir emporter avec soi les suffrages valablement exprimés par les citoyens dans l’urne parce qu’ils n’arrangereaient pas l’une des formations politique en lice dans la localité ?

Qui aurait envoyé ces frères pour un travail de telle nature ? Aux présumés assassins pourquoi et pour qui avez vous cruellement assassiné vos frères ? Quelle image pour notre département sur les plans national et international ? Sortons pas les mesures susceptibles d’apaiser le climat sociopolitique pour les prochaines échéances électorales dans le Noun.

Les recommandations pour un jeu politique apaisé dans le Noun :
1-une éducation politique est nécessaire pour enseigner la consistance et l’éthique politique à certaines populations du Noun qui peinent encore à comprendre le jeu et les enjeux de la politique.

2-les charters électoraux devront à l’avenir se constituer avec élégance et mesure pendant les élections quelles qu’elles soient.

3-la course effréné pour les nominations et les batailles de positionnement au sein de l’appareil administratif central ou local ne devraient pas nous avilir à travers la haine et les autres tares susceptibles de nous faire régresser davantage sur le chemin de notre développement.

4-il est aussi souhaitable de sortir de schémas mentaux villageois et fraternels qui orientent jusqu’ici le vote des uns et des autres dans le Noun.
5-je m’arrête là !

Mes condoléances les plus attristées aux familles de victimes et repos paisible aux aux frères tués.