You are here: HomeWallOpinionsArticles2018 01 26Article 431549

Opinions of Friday, 26 January 2018

Columnist: boris Bertolt

Fame Ndongo ou la calamité du Cameroun

Il a détruit le journalisme lorsqu’il était ministre de la communication en créant toute la presse racaille et tribale que vous avez aujourd’hui qu’il finançait et continu de financer. Au ministère de la communication, il est impliqué dans le scandale d’arrimage de la CRTV au satellite à la CRTV. Montant: 35 milliards FCFA.

Après cette débâcle au ministère de la communication, il est promu ministre de l’enseignement supérieur. Tout enseignant sérieux au Cameroun peut vous dire que Fame NDONGO aura été le pire ministre de l’enseignement supérieur de l’histoire de notre pays. En plus il est là depuis 2004. Corruption, népotisme, tribalisme, médiocratie. Il est l’incarnation de tout ce que vous pouvez imaginer de grotesque dans la gouvernance. Pas surprenant donc qu’il ait fait perdre 150 milliards FCFA à l’état du Cameroun dans l’opération foireuse des dons d’ordinateurs aux étudiants. Un médiocre reste un médiocre car la bêtise insiste toujours.

Mais Fame NDONGO peut compter sur son maître Biya. C’est le chef de l’Etat qui l’a maintenu à cette position en plus du fait que certains de ses discours ont été écrits ou relus par Fame NDONGO. Car Fame NDONGO ce n’est pas seulement un ministre mais un membre influent de ce qu’il convient désormais d’appeler: LE DEEP STATE AU CAMEROUN.

Le deep state signifie l’Etat profond. C’est à dire une organisation au sein de l’appareil de l’Etat constituée d’hommes et de femmes très influents à tous les niveaux. Ils peuvent empêcher toutes décisions qui ne servent pas leurs intérêts. Faire arrêter et condamner n’importe qui en violation des lois de la République. Ils ont la main mise sur la police, l’armée, la magistrature, le renseignement. En fait ce sont eux qui ont le réel pouvoir. Ceux qui ont vu 24h chrono, mais plus précisément Prison Break avec le Cartel peuvent facilement comprendre ce que c’est que le deep state.

Il existe au Cameroun bien évidemment un deep state. Ils nomment leurs personnes à des postes importants de la république et ces derniers leurs sont redevables. Ils sont capables d’influencer la politesse nationale et internationale d’un État. Ne vous demandez pas pourquoi Biya n’a jamais négocié avec les anglophones simplement parce que la négociation ne sert pas le deep state. Ils peuvent arrêter et faire condamner David Eboutou car Amougou Belinga est l’un des leurs. AMVELA Charles, menacé s’il venait à lire le droit. À une réunion du commandement militaire des officiers s’opposent à l’entrée en jeu des hélicoptères pour tirer sur la population en zone anglophone, on leur répond sur le champ, les ordres viennent de la présidence. Biya revient de Côte d’Ivoire, en tant que président, lit sur un bout de papier un message de guerre contre son peuple qui lui a été transmis, c’est la puissance du deep state.

Comme on a vu en Côte d’Ivoire autour de Gbagbo ou au Rwanda avec Habyarimana, un deep state s’est constitué au Cameroun. Ils instrumentalisent l’ethnie pour faire croire qui s’agit de La Défense des intérêts d’un groupe. Mais c’est faux. Ils défendent leurs intérêts pour avoir pillé l’état pendant des dizaines d’années. Paul Biya est au courant de l’existence de cette organisation, mais en homme politique cynique qui ne pense qu’à mourir au pouvoir il laisse cette organisation prendre le contrôle de la République. Car il pense qu’ils vont le maintenir à vie au pouvoir. Mais ce qu’il ne sait pas c’est que lorsque le deep state sent que le chef représente une menace pour sa survie il le renverse par tous les moyens. Même en créant une guerre.

Le Cameroun est pris en otage par un deep state dont Fame Ndongo n’est rien d’autre qu’un idéologue.