You are here: HomeWallOpinionsArticles2016 04 25Article 368136

Opinions of Monday, 25 April 2016

Columnist: Boris Bertolt

Il faut interdire les jeux universitaires

Seule l'émancipation intellectuelle, le développement de l'esprit scientifique, l'amélioration de l'univers de la recherche, la construction du désir du savoir permettra aux africains que s'émanciper de la domination et de la violence symbolique auxquelles ils sont confrontés.

On ne peut pas dépenser chaque année plus d'une dizaine de milliards Fcfa alors que les universités n'ont pas de bibliothèques, de laboratoires, d'amphis théâtres, d'eau, d'électricité, d'ordinateurs. C'est de la bêtise managériale. 237online.com Le jeu vient après le travail et non le contraire.

Certes les jeux universitaires sont importants pour détecter des talents, renforcer la cohésion sociale dans les campus, construire des liens de solidarités entre institutions mais il est important d'apprendre à joindre l'utile à l'agréable.

MTN, COCA COLA, CAMTEL, etc, chaque année déboursent des millions pour distraire les étudiants. Pourquoi ne pas les associer également sur des projets pouvant permettre de faire avancer la recherche académique et la production scientifique.

Les principaux bénéficiaires de ces jeux ne sont même jamais les étudiants qui doivent souvent menacer de faire gréve pour percevoir leurs primes en dépit de tous les efforts qu'ils ont fournis. Les officiels quant à eux dorment dans des hôtels de luxe, touchent les primes de 500 000 Fcfa à 1 millions, se partagent les cadeaux. En fait les jeux universitaires profitent d'abord aux organisateurs qu'aux étudiants. C'est pourquoi je suis favorable à son annulation.

Faites une planification sur cinq ans, investissez tous les milliards des jeux dans les universités, créez un cadre agréable de travail et d'émancipation intellectuel, construisez des logements sociaux pour les étudiants. Cinq ans plus tard vous aurez de meilleurs talents et de meilleurs jeux universitaires.

IL FAUT INTERDIRE LES JEUX UNIVERSITAIRES AU MOINS SUR CINQ.