You are here: HomeWallOpinionsArticles2019 07 18Article 467980

Opinions of Thursday, 18 July 2019

Columnist: BORIS BERTOLT

Kondengui: des prisonniers mineurs privés de nourriture

La prison centrale de Yaoundé Kondengui est depuis un certain temps au coeur de l'actualité Camerounaise. De la grogne des militants du MRC en passant par les émeutes des pénitenciers le mois dernier à cause des fouilles, cette fois ce sont les prisonniers mineurs qui sont au centre des débats.

Selon nos informations, le nouveau Chef du service de la discipline, des activités socio-éducatives, et culturelles de la Prison Centrale de Yaoundé (CSDASCE), NKOTTO Brice Armand en complicité de certains agents de la prison les nommées ZAME Emilie (image 1) et ABOA COHEN Raymonde ont empêché dimanche dernier que les prisonniers mineurs entrent en possession de la nourriture à eux destinée.

En effet, dans le cadre de son anniversaire, un prévenu de ce pénitencier a demandé et obtenu autorisation pour offrir à manger aux détenus mineurs le dimanche 14 juillet 2019. C'est ainsi qu'il passera la commande de plus de 200 gamelles de nourriture composé de cake, poulet, oeuf, fritte de plantain et des jus.

Une fois les repas arrivé dans la cour d'honneur de la prison, le CSDASCE, ZAME Emilie et son acolyte ABOA Cohen Raymonde vont s'opposer à l'accès de ces dons jusqu'à leurs destinataires prétextant que si les gardiens de prison n'ont pas leur part rien n'ira au quartier mineurs.

Malgré les interventions et négociations, ils ne se raviseront pas jusqu'à ce que la pluie s'abatte sur ces repas qui ont été finalement jetés à la poubelle hors de la prison.

Connaissant le type de ration pénitentiaire insipide qu'on donne aux prisonniers comment peut-on refuser qu'une âme de bonne volonté fasse un don à ces derniers de surcroît des mineurs ?

Selon les témoignages à la prison de Kondengui, ZAME Emilie et ABOA COHEN Raymonde sont connues comme les gardiennes de prison les plus méchantes de ce pénitencier qui rendent la vie dure aux prisonniers et aux visiteurs aux qui elles exigent la somme minimale de 1 000 fcfa pour rencontrer les détenus. On se souvient encore samedi dernier elles ont humilié et chassé le fils de MEBE NGO'O, Philippe NGO'O MEBE qui partait rendre visite à son père.