You are here: HomeWallOpinionsArticles2018 04 16Article 437519

Opinions of Monday, 16 April 2018

Columnist: Boris Bertolt

Kondengui: un nouveau complot contre Atangana Mebara dévoilé

Selon des sources proches du ministère de la justice, une liste de certains eperviables est en pleine confection afin de permettre à certains de bénéficier d'une grâce présidentielle. Une décision qui pourrait intervenir avant l’élection présidentielle.

Dans cette liste où l'on retrouve des noms comme ceux de Iya Mohamed, Ondo Ndong,Inoni Ephraim et 04 autres noms, celui de l'ancien Minetat Sgpr aurait été enlevé discrètement sous les pressions de certains pontes proches de Biya. Jean Marie Atangana Mebara restant toujours craint aux yeux de plusieurs pontes du régime.

LIRE AUSSI:Depuis sa cellule, Atangana Mebara lance un message fort à Mebe Ngo’o

Rappelons qu'en 2012,le Tribunal de Grande Instance avec comme président de la collégialité qui le jugeait ,le brillant et très respecté SCHLICK après l'avoir reconnu NON COUPABLE avait ordonné sa relaxe pure et simple.

Seulement, 03 jours après ce verdict,alors que Mebara attendait sa levée d'écrou, le juge Pascal Magnanguemabé descendra à la prison centrale de Kondengui donner à Jean Marie Atangana Mebara un nouveau mandat de dépôt.

Rappelons que Mebe Ngo'o alias bébé dog à l'époque Mindef, s'était vanté à l'époque d'avoir fabriqué un bulletin de renseignements qui expliquait au président pourquoi Mebara ne devaiT pas sortir de prison.

Par la suite, la cour de justice africaine des droits de l'homme a reconnu que l'ancien SGPR était détenu illégalement et a ordonnée sa libération immédiate tout en exigeant une indemnisation de 400 millions de Franc CFA de dommages et intérêts à la victime Mebara et à ce jour, le Cameroun se moque royalement de cette décision.

LIRE AUSSI:Epervier: révélations sur la force mystique de Mebe Ngo’o et Cie

Pour finir, la Cour Suprême du Cameroun a décidé de casser la décision qui confirmait sa condamnation en appel et 03 jours avant la lecture du verdict, toute la collégialité a été remplacée comme par magie!

Paul Biya a le devoir de veiller à l'État de droit dans notre pays pour ne pas frustrer certains citoyens! Et à ceux qui sont aux manettes de l'appareil judiciaire aujourd'hui et qui le manipule au gré de leurs intérêts personnels.

Ainsi va la République !