You are here: HomeWallOpinionsArticles2017 10 25Article 424431

Opinions of Wednesday, 25 October 2017

Columnist: Boris Bertolt

La diplomatie camerounaise entre pauvreté et clochardisation

Les jeunes diplomates camerounais vous les avez certainement remarqués soit dans les cérémonies officielles soit dans la rue. Régulièrement en vestes, cravates, chaussures cirés. Ne vous sentez pas frustrés. C’est l’arbre qui cache la forêt. D’ailleurs la majeure partie d’entre eux s’habillent chez le fripier de MOKOLO ou du Marché central 12 000 par mois et 4 mois plus tard vous devez comme eux. Dans les cafés, ils paient rarement les. bouteilles de whisky mais la “petite “ qui fait l’erreur de lancer un regard intéressé reçoit dans les prochaines minutes: “JE SUIS DIPLOMATE “ même si les poches sont en réalité vides.

Car, un jeune diplomate sorti de l’IRIC gagne moins de 200 000 FCFA. Des ministres plénipotentiaires avec plus de 30 ans de carrière ont du mal à atteindre 400000 FCFA de salaire. Selon nos sources aucun diplomate au ministère des relations extérieures ne gagne plus de 450 000 FCFA. Ce qui selon plusieurs interlocuteurs justifient leur implication dans de nombreux trafics dans l’administration et à l’étranger afin de subvenir à leurs besoins. Le cas des diplomates camerounais en Angleterre en est l’illustration.

En 2002, sortis de l’IRIC un diplomate gagnait 135 000 FCFA net. Après valorisation suite aux émeutes de février 2008, ils sont passés à 170000 FCFA. Après 14 ans de service certains d’entre eux touchent 250000 FCFA.

Pourtant, le pays est actuellement géré par des diplomates. Martin Belinga Eboutou, directeur du cabinet civil et Ferdinand NGOH NGOH, secrétaire général de la présidence de la République qui sont parmi les diplomates les plus riches d’Afrique. Mais ne font rien pour arranger la situation de leurs congénères. On ne compte pas dans l’entourage du chef de l’Etat ceux sortis de l’IRIC.

Mais, il y a plus. Alors que le personnel non diplomate des ambassades du Cameroun à l’étranger rote régulièrement, les diplomates camerounais deviennent des fossiles dans les pays où ils sont affectés. C’est d’ailleurs cette situation qui a amené le gouvernement canadien à changer leur loi et imposer un renouvellement tous les 5 ans. Ils ont par la suite chassé les diplomates camerounais.

La grogne qui est presque inédite observée dans le milieu de la diplomatie camerounaise avec des diplomates qui parlent de plus en plus traduit un malaise profond au sein de ce corps prestigieux de la République mais clochardise.