You are here: HomeWallOpinionsArticles2018 10 26Article 449497

Opinions of Friday, 26 October 2018

Columnist: Par Kand Owalski

Lettre ouverte à Sismondi Tafouendon alias Bidjoka Barlev

Je me demande pourquoi il faut que je t'adresse cette lettre ? Oui pourquoi ? La mérites-tu? Je ne me suis jamais interressé au moindre de tes articles. Tu ne nieras pas çà car jamais tu n'as vu mon nom sous le moindre de ces chiffons que tu rédiges si élégamment au quotidien et qui t'ont aidé à faire un nom. Le peu de vomissures qu'on m'a rapportées de toi m'a permis de comprendre un certain nombre de chose. Mais l'objet de cette lettre n'a rien à voir avec tout çà, non. Si j'écris cette lettre à ton endroit c'est essentiellement pour te remercier, ainsi que nos nombreux frères bamileke qui combattent Maurice Kamto au quotidien.

LIRE AUSSI: D'un moment à l’autre, le pays va être attaqué - Mgr Samuel Kleda

Et quand je décline ainsi ta véritable identité je ne comprends pas pourquoi tu es tout de suite dans tes mauvais états. Est-ce un crime que d'être bamileke ? Pourquoi as-tu honte de ton nom? Honte de tes origines ? Toi qui as eu la chance de naître dans l'un des départements les plus riches du Cameroun au moins en terme de ressources humaines ? Pourquoi as-tu honte de tes origines Batcham? Il doit bien y avoir une raison noon? Pourquoi passes-tu pour être un fils bassa alors que tu est un enfant du Bamboutos? Qu'est-ce qui cache ce refoulement identitaire ?

Il se raconte des choses. Deux versions m'ont été confiées et je voudrais avoir la tienne, juste pour mieux comprendre. En attendant voici ce qu'on dit:

-- on dit que tu as changé ton nom pour te faire oublier par tes anciens camarades de classes et tes enseignants qui connaissent la vérité sur ton vrai niveau intellectuel, toi que la nature n'a pas béni d'une intelligence qualitative. On raconte que sur les sentiers de ta médiocrité au lycée bilingue de Mbouda tu étais constamment la lanterne rouge de tes classes que tu reprenais au moins une fois comme dernier et avançait vers une autre grâce au miracle des "09 forts"; que tes copies, toutes épreuves confondues, étaient toujours remises en dernières selon ce rang que tu méritais bien. Après toi il n'y avait jamais personne d'autres. Après toi il y'avait toujours un concert époustouflant de rires narquois. On raconte que c'est la 1ere A4 espagnole qui t'a le plus troublé. Tu y as passé 5ans, un peu plus qu'en troisième et en terminale. On veut bien douter de ceci jusqu'à ce qu'on tombe sur l'une de tes copies ou que l'on lit un texte de toi. Tu n'as jamais été au dessus de la médiocrité. Le plus grave, vois-tu, c'est que malgré çà tu as le cran de mettre le nom de Maurice Kamto dans tes élucubrations comme ci lui et toi aviez un jour côtoyé le même horizon intellectuel. Maurice Kamto n'a jamais eu 4 de moyenne. Il a toujours eu 4fois çà, parfois plus et à une époque où l'école n'était pas le 'lait'. Vous ne côtoyez pas le même univers mon cher; Maurice Kamto c'est le miracle que Dieu accompli dans chaque pays tout les 50ans lorsqu'il nous a chaque année maudit avec des cancres dans ton genre qui ont un cerveau aussi gras qu'une puce.

LIRE AUSSI: Réélection de Biya: Issa Tchiroma fait feu de tout bois

-- on dit que, et là c'est Jessica elle-meme qui se confie, que tu étais un garçon crasseux qui n'impressionnait aucune fille. Jessica ajoute que tu as commencé à te laver le jour où sa cousine t'a rapporté qu'elle aimait les mecs propres. Jessica dit qu'elle admirait ton effort mais si tu n'étais jamais parvenu à conquérir son cœur c'est qu'à côté de ce critère physique il y'avait un autre qui t'eliminait d'office : l'intelligence. Jessica aimait les personnes intelligentes; tu n'en faisais pas partie.

Elle se souvient néanmoins de tous tes efforts pour la séduire. Ta plus grande démonstration remonte à ta troisième année de première. Vous deviez affronter aucours d'un match de football les joueurs de la terminale D et ton équipe, en panne d'effectifs, n'avait pas de gardien. Tu as bien voulu te constituer ce profil au mépris des disproportions naturelles que la nature avait appliquées à ta physionomie. Si les autres membres de ton équipe ne comprenaient pas comment un boiteux pouvait se porter garant de leurs GOALS, tes propres convictions les rassurèrent. Disons qu'ils n'avaient pas voulu te mettre mal à l'aise, surtout que tu voyais dans ce match une chance de prouver enfin à Jessica que tu étais doué pour quelque chose. Mais un boiteux ne s'improvise pas gardien. À cause de ta prétention ton équipe a perdu 5 à zéro. Jessica dit que tu en as pris trois enroulés hors de la surface. Quel gâchis! On comprend très vite pourquoi cela a été facile à notre tireur de pénalty de marquer ce but historique : tous de nuls en face.

À partir de ce jour là là, la rupture était consommée entre Jessica et toi. Aujourd'hui elle est mariée à un directeur de banque en Afrique du Sud. Il est Mbouda, comme toi tu es Batcham.

Maintenant dis moi, dis nous,
est-ce que c'est parce que tu as honte de ta jeunesse de médiocre que tu as tordu le cou à tes origines ou parce que Jessica était bassa et que tu voulais être bassa comme elle ? J'attends ta version.

LIRE AUSSI: Réélection de Biya: le MRC annonce une marche de protestation à Bafoussam

Mais comme je le disais, j'ai été très heureux d'apprendre que tu étais Bamileke. Comme de nombreuses autres personnes, tu enseignes au monde que nous ne faisons pas la politique par communautarisme ou simplement par tribalisme. Il y'a quelques jours les gens de ton camp envoyaient un gendarme abattre un frère béti qui avait osé soutenir Kamto. Je ne veux pas en parler. Par contre je veux bien te supplier de ne plus avoir honte de tes origines ; ou peut-être que finalement, ce n'est pas d'être Batcham qui te fait honte, mais le fait d'être un Batcham nul et cancre, parce qu'en général ce sont des personnes intelligentes. Oui, peut-être que tu t'es dit que tu ne méritais pas le nom TAFOUENDON parce que Dieu n'avait rien mis de TAFOUENDON dans ta cabessa. Mais tu sais bien qu'on ne jette pas un enfant pour peu qu'il soit nul. Les bamileke n'ont pas honte de leurs fils médiocres. Tu n'as pas à être un tontinard, ce n'est pas pour çà que Nganou Djoumessi te paie; sois juste fier de tes origines.