You are here: HomeWallOpinionsArticles2017 12 14Article 428542

Opinions of Thursday, 14 December 2017

Columnist: Ndzana Seme

Paris: Paul Biya demande l'élimination physique de certains leaders d'opinion

Arrivé à Paris le 11 décembre dernier à 17 heures en cachette, sans tapis rouge ni protocole d'accueil français, le vieux dictateur camerounais a dans la nuit rencontré en secret le chef d'état-major de l'armée française (CEMA), le général François Lecointre, commandement des opérations militaires, en compagnie de l'ambassadeur du Cameroun en France, son neveu Samuel Mvondo Ayolo.

Au cours de cette réunion, Paul Biya a donné la véritable raison de sa visite en France, à savoir d'obtenir l'aide militaire de la France pour écraser l'insurrection populaire en cours en pays anglophone depuis un an, une aide similaire à celle que la France accorda à son prédécesseur Ahmadou Ahidjo et ayant abouti au début des années 1960 à un génocide de près de 400 000 personnes en pays Bassa et Bamiléké.

LIRE AUSSI:Elysée: que cache l’écharpe ‘magique’ qu’arbore Paul Biya ?

Le général d'armée François Lecointre ayant émis des réserves sur une intervention directe de l'armée française, Samuel Mvondo Ayolo a proposé et Paul Biya a demandé au général français l'élimination physique sur le sol français des leaders d'opinion francophones camerounais qui soutiennent les anglophones dans leur désobéissance civile insurrectionnelle, en particulier le commissaire Junior Zogo et le journaliste révolutionnaire Seme Ndzana (que Mvondo Ayolo déclare vivre comme Junior Zogo en France), et sur le sol américain de l'ancien militaire Patrice Nouma refugié aux États-Unis.

Heureusement, un patriote de l'entourage sécuritaire du boucher de Yaoundé (dont nous taisons le nom pour sa sécurité) a aussitôt envoyé par un canal militaire un message audio dûment enregistré à Patrice Nouma, président du Conseil Camerounais de la Transition (CCT). Il faut ici féliciter le patriotisme de certains officiers et soldats camerounais qui, même quand ils sont en service autour de Paul Biya, savent que le dictateur fou est fini et informent les forces du Changement inévitable des faits et gestes de ce vieillard maudit, seul véritable ennemi et danger actuel du Cameroun et notre peuple.

LIRE AUSSI:[Confidentiel]: les sécessionnistes financés par des proches de Biya


Notre informateur dit que l'arrestation de l'écrivain Patrice Nganang, un autre francophone parmi d'autres qui soutiennent les anglophones dans leur insurrection, va en droite ligne de la volonté de Paul Biya d'empêcher la propagation de la révolte populaire anglophone dans la zone francophone du Cameroun, ajoutant que Mr. Nganang pourrait ne pas sortir vivant de sa prison, sauf changement de position du vieux président camerounais.

Le lendemain, Paul Biya a pris part au sommet sur le climat «One Planet Summit» regroupant 60 chefs d'États à la Seine Musicale à l’Île Seguin sous la coprésidence du président français Émmanuel Macron, du Secrétaire Général de l’ONU, Antonio Guterres, et du Président du groupe de la Banque Mondiale, Jim Yong Kim.

LIRE AUSSI:Guerre Ambazonie: 10 hommes pour protéger désormais Paul Biya [Vidéo]


Après avoir gardé des distances avec le vieux président camerounais à New York lors de la 72ème Assemblée générale de l'ONU tenue du 19 au 25 septembre derniers, et l'avoir isolé à Abidjan lors du 5ème sommet entre l'Union européenne et l'Union africaine du 29 novembre dernier, qu'Emmanuel Macron ait devant les caméras serré chaleureusement la main de Paul Biya indique-t-il de la part du jeune président français une approbation de l'aide militaire française destinée à écraser dans le sang la révolte et la désobéissance civile anglophones et à éliminer les leaders d'opinion francophones qui les soutiennent en France et aux États-Unis?

Rien n'est moins sûr, tant l'accrochage de la France sur le contrôle du pétrole du Golfe de Guinée est historiquement connu comme essentiellement barbare et dévastateur contre les populations africaines. Nous n'en avons pour mémoire que la guerre du Biafra et ses plus d'un million de victimes, ainsi que les dictatures soutenues par la France au Congo, Gabon et Cameroun pour protéger les intérêts pétroliers français de la région.

LIRE AUSSI:Me Harissou craint toujours pour sa vie après sa libération [Vidéo]

Si tel était le cas, nous avertirions Emmanuel Macron de ne pas se tromper d'époque. Les anglophones camerounais, dans leur détermination à rejeter Paul Biya et son État néocolonial françafricain La République du Cameroun (PRC) et à venger chaque jour qui passe les leurs tués par l'armée du dictateur fou, montrent qu'ils sont différents des militants combattants de l'Union des Populations du Cameroun (UPC) massacrés par l'armée française dans les années 1960. Ils sont un peuple debout contre le néocolonialisme agonisant, que le vieillard maudit Paul Biya s'évertue à maintenir en s'accrochant sur la force terroriste de son armée.

Car, le cauchemar de Paul Biya deviendra bel et bien réalité: la révolte du peuple francophone contre lui et sa république (LRC), soutenue par les officiers et soldats patriotes de l'armée camerounaise, aura lieu. Et cette force populaire et cette partie de l'armée, aucune puissance extérieure, même pas la France, ne pourra vaincre.

LIRE AUSSI:Elysée: que cache l’écharpe ‘magique’ qu’arbore Paul Biya ?

LIRE AUSSI:[Confidentiel]: les sécessionnistes financés par des proches de Biya

LIRE AUSSI:Guerre Ambazonie: 10 hommes pour protéger désormais Paul Biya [Vidéo]

LIRE AUSSI:Me Harissou craint toujours pour sa vie après sa libération [Vidéo]