You are here: HomeWallOpinionsArticles2018 11 24Article 451379

Opinions of Saturday, 24 November 2018

Columnist: Modeste Dossou

Paul Biya, l’homme fort du Cameroun ou le pantin de la France ?

Le champ de bataille politique en Afrique a une liste restreinte d’hommes forts qui ont réussi et compte tenu de l’évolution du climat politique ; au Cameroun, le président Paul Biya peut, contre toute attente, figurer sur la liste. Mais il y a toujours un gros piège qui le guette à l’horizon.
En cas de succès, le président Biya rejoindra les gargouilles de Hastings Banda et Omar Bongo, dont la mémoire n’est pas consacrée, et José Eduardo dos Santos, qui a récemment annoncé sa retraite. En cas d’échec, il rejoindra Robert Mugabe, Yayah Jammeh, Blaise Compaore, Abdoulaye Wade, Hosni Mubarak, etc., qui nourrissent toujours le regret d’être chassés du pouvoir. Les noms ci-dessus définissent parfaitement les maux des États africains. Ce sont des hommes forts africains et, dans l’esprit du célèbre dicton du roi Louis XVI, « l’Etat c’est moi », ils sont devenus leur Etat au fur et à mesure que la ligne séparant le Commonwealth et les richesses personnelles était tachée. Ils ont compris ce que le pouvoir dénote et connote, par conséquent, ils ne plaisantent pas avec.

Robert Mugabe aurait reproché au président ivoirien Gbagbo d’avoir été trop doux avec le pouvoir. « Il a causé sa propre chute. Vous ne permettez pas à la commission électorale de se tirer du pouvoir », a-t-il plaisanté. Bien que Mugabe ait lui-même été contraint de prendre le pouvoir par un coup d’Etat, son conseil électoral a sans doute été bénéfique pour le président Biya. L’arbitre électoral de son pays (la Céni) l’a récemment déclaré vainqueur de l’élection présidentielle du 9 octobre et il a été assermenté pour un septième mandat dans un contexte d’énormes irrégularités qui ont entaché l’élection et de la déclaration de victoire remportée de l’opposition. Si les choses se déroulent comme prévu, Paul Biya régnera jusqu’en 2024. Il aura alors 92 ans et pourrait prendre sa retraite ou alors briguer un autre mandat. La Mégalomanie est le titre d’un homme fort africain typique, Paul Biya le représente parfaitement.

LIRE AUSSI: Réélection de Biya: Titus Edzoa doute de la crédibilité des résultats

Le petit protégé de la France

Succédant à Ahmadou Ahidjo, après la démission surprise de ce dernier, en 1982, le président Biya est resté le protégé de la France, son maître colonial. Il semble avoir signé un pacte avec la France : du genre, « protégez nos intérêts et nous protégerons votre présidence ». Vous vous demandez encore pourquoi Biya échappe aux sanctions internationales? Nous sommes dans le monde réaliste. Hans Morgenthau vous dira que l’intérêt national est défini dans les termes du pouvoir, c’est le principe fondamental de la politique internationale. Tant que Paul Biya reste un agent du néo-colonialisme, il est aux yeux de l’Occident, un démocrate. Et depuis la déclaration de Fukuyama sur «La fin de l’histoire», l’Occident s’est engagé à transporter la démocratie dans les moindres recoins de ce monde. La belle démocratie camerounaise est ce qu’ils ne peuvent pas se permettre de perdre.

À tous points de vue, on peut s’interroger sur ce qui motive la réélection de Biya. Que fera-t-il les sept prochaines années, qu’il n’a pas fait depuis trente-six ans de règne sans partage? C’est un homme qui a été surnommé le « président absent ». Contrairement à d’autres présidents africains qui exercent le pouvoir à fond, le président Biya confie la gestion quotidienne du gouvernement au Premier ministre Philemon Yang, qui s’occupe des réunions mensuelles d’un «conseil de cabinet» pendant ses vacances avec sa belle épouse à l’étranger (en Suisse le plus souvent). Oui, sous sa gouverne, comme le soutiennent ses porte-parole, le Cameroun a survécu à la crise économique et est passé d’un État à parti unique à une politique multipartite. Mais il a également été marqué par une corruption endémique et un renversement des acquis démocratiques, qui ont conduit à la suppression des limites de mandat en 2008, ce qui a permis à l’octogénaire de se représenter pour se réélire en 2011 et cette année.

La région anglophone du pays

En outre, son gouvernement a longtemps marginalisé la région anglophone du pays. Depuis le début de la lutte en 2016, le Front uni du Consortium du Cameroun méridional Ambazonia, le SCACUF et la force gouvernementale ont enregistré une perte considérable de capital humain. Et le massacre continue. Mais le président Biya, comme tout autre homme teint dans la peau de l’homme fort africain, n’en fait pas une impasse. Dans le dictionnaire des hommes forts africains, la force est bonne. Ainsi, dans son discours inaugural de 2018, il a envoyé un message fort aux séparatistes: «Ces bellicistes qui mettent en péril notre unité nationale et prêchent la sécession devraient savoir qu’ils devront faire face non seulement à la pleine force de la loi, mais également à la détermination de notre peuple et aux forces de défense et de sécurité. Je les appelle à baisser les armes et à se remettre sur la bonne voie. Je lance un appel particulièrement aux jeunes qui se sont engagés dans une aventure futile ».

LIRE AUSSI: Assassinat du missionnaire Américain: le flou persiste toujours

«L’Afrique n’a pas besoin d’hommes forts, mais d’institutions fortes»

Barack Obama avait déclaré dans son discours devant le parlement ghanéen en 2009 que «l’Afrique n’a pas besoin d’hommes forts, mais d’institutions fortes». Ce message était clair, mais il est important de préciser ici que le problème de l’Afrique n’est pas le problème des hommes forts, mais celui des hommes forts non patriotes. Lee kuan Yew a gouverné Singapour avec une main de fer, mais sa transformation «du tiers monde au premier monde» est à la vue de tous. La Chine est ce qu’elle est aujourd’hui à cause de la façon dont Deng Xiaoping l’a réformée.

Les deux pays n’étaient pas seulement sévères dans l’administration, mais ils tenaient compte de l’intérêt de leurs pays. Alors que le président Biya continue de bénéficier du patronage de ses maîtres néocoloniaux, il doit se rappeler que Chinwizu Ibekwe, dans son controversé The West and Rest of Us, a exposé les contributions des esclavagistes noirs et de l’élite africaine à la traite négrière et au colonialisme. C’est ce qu’il fait et l’histoire doit sûrement le juger pour cela.