You are here: HomeWallOpinionsArticles2018 02 10Article 432818

Opinions of Saturday, 10 February 2018

Columnist: Boris Bertolt

Sérail: comment Célestin Bedzigui a espionné Akere Muna pour le compte de Biya

Dans les rangs des militants et activistes de l’opposition, l’information a été reçue comme un coup de poignard. Célestin Bedzigui, « opposant » politique au régime de Paul Biya, ralliant sa candidature à l’élection présidentielle 2018 en se payant même le luxe de lui offrir 500 000 fcfa.

Au delà de cet acte qualifié par Olivier Bile de FELONIE politique, où est ce que cet homme, qui n’arrivait presque plus à se payer un hôtel digne de son statut à Yaoundé au point de se replier dans son village, a t’il trouvé l’argent? Dans la Lekie, les langues sont formelles. Un nom sort du lot: Henri Eyebe Ayissi, l’actuel ministre de l’agriculture. Lui-même à une époque très acerbe contre Biya mais qui a fini par rejoindre les rangs après avoir trahi au passage Jean Marie Atangana Mebara.

C’est donc lui qui aura donné de l’argent à Célestin Bedzigui pour l’opération médiatique. Denis Emilien Atangana, secrétaire général démissionnaire du PAL de Bedzigui n’a que ses yeux pour pleurer. Il a été tenu à l’écart. Sa démission intervient deux mois seulement après sa nomination. Mais en réalité Bedzigui avait déjà préparé son affaire.

Au fond, depuis son retour des États Unis, Celestin Bedzigui nourrissait le profond désir de rentrer dans le RDPC. Après avoir reçu quelques conseils d’amis, il tente une première opération. Il adresse de nombreuses lettres à Paul Biya pour solliciter sa gratitude. Dans un ton obséquieux très à l’opposé de la verve qu’il affiche sur les chaînes de télés ou sur les réseaux sociaux, « il demande pardon », nous confie une source au comité central.

Paul Biya reste indifférent. Face aux silences du président, il entre dans une bataille avec l’UNDP qui s’achève par son départ après de violentes joutes verbales. Un responsable de ce parti ne cache pas son amertume. Il affirme: “ il était entré à l’UNDP sur proposition du cabinet civil pour infiltrer ce parti et le noyauter”.

Déçu, Célestin Bedzigui voit son univers politique s’obscurcir quand il est contacté par AKERE MUNA qui lui fait part de son intention de lancer un mouvement qui devra appuyer sa candidature à la l’élection présidentielle de 2018. Quelle aubaine pour le traître!! Il Participe dès lors aux premières séances de travail et dans les groupes.

Vous aurez par exemple remarqué qu’à la veille du 1er octobre 2017 marquant le 1er anniversaire de la République imaginaire de l’Ambazonie, parmi les acteurs de la société civile qui défilent dans les vidéos que vous avez pu suivre, figurait Célestin Bedzigui, au même titre que Koko ATEBA, Chretien Tabetsing et autres. C’était une campagne pour la paix et l’amour conduite par AKERE MUNA.

Mais dans les coulisses, Bedzigui a commencé à se rapprocher des caciques du RDPC de la Lekie et veut négocier son retour dans le grand Parti national. Les négociations entre les têtes de proue du RDPC dans la Lekie et Bedzigui sont transmises directement au chef de l’Etat qui en est informé et valide l’opération de négociations.

Très vite, les stratèges de Akere dès octobre se rendent compte que Bedzigui pourrait constituer une “ taupe”. Ils informent AKERE MUNA qui en anglo-saxon leur donne les coudées franches pour bosser. Après avoir observé pendant des semaines Bedzigui évasif aux réunions mais qui ne se gêne pas pour remplir des blocs entiers de notes, ils décident de passer à l’offensive. Progressivement, mais discrètement, il est sorti du premier cercle stratégique de prise de décisions. Il n’a plus accès à certaines informations. Il n’est plus convié aux réunions importantes.

Bedzigui pousse le bouchon de la manœuvre en lançant un mouvement patriotique. Lorsqu’il est interrogé par les responsables de Now sur le but de la manœuvre, il prétend que son mouvement a pour objectif de le présenter comme un homme à part qui apportera son soutien en temps opportun pour crédibiliser Now dans la Lekie. Or AKERE d’expérience a vu le jeu mais ne dit rien.

Or Bedzigui a déjà en début janvier achevé son deal avec le RDPC. Quand il recrutera le jeune Denis Emilien Atangana aux dents longues mais qui doivent encore être aiguisées, il prétend que son parti le PAL va rejoindre la campagne d’AKERE MUNA. Or Bedzigui négocie déjà avec le RDPC.

Vers la fin du mois de janvier 2018, Akere MUNA se trouve à Addis ABEBA pour le sommet de l’Union Africaine où il doit profiter afin de promouvoir sa candidature, il reçoit un message de Célestin Bedzigui qui après avoir disparu depuis plusieurs semaines demande à le rencontrer.

AKERE lui fait savoir qu’il n’est pas disponible. A Bedzigui de terminer: “ Tu nous gardes les bonnes choses”. MUNA entendra encore parler de Celestin Bedzigui dans les journaux lorsqu’il apprendra que ce dernier, sur les millions fcfa qui lui ont été remis dans le cadre de l’alliance a financé la campagne de Biya à hauteur de 500 000 fcfa.

Denis Émilien Atangana, son ancien secrétaire général fond en larmes se sentant de nouveau floué. Chez ses sympathisants c’est la débande. Le coq n’avait pas chanté trois fois que judas déclarait qu’il ne savait pas qu’il était si important.