You are here: HomeWallOpinionsArticles2018 04 03Article 436585

Opinions of Tuesday, 3 April 2018

Columnist: Pierre Ou

Sérail: voici le bien le plus précieux pour Paul Biya à Etoudi

Chacun possède une chose qui lui tient à cœur et que personne n’a le droit de jouer avec au risque de se faire punir. Paul Biya aussi ne joue pas avec son fauteuil présidentiel. Une petite suspicion coûte chère. Samuel Eto'o dans les sales draps pour avoir été présenté comme successeur du président Biya.

L’international camerounais risque-t-il de se voir retirer le passeport Camerounais qu'il détient encore ? Le président Biya n'aime pas quand une de ses créatures est présenté comme son successeur même un poisson d'avril n'est pas toléré par le locataire d'Etoudi.

Tous les pontes du régime du président Biya dont il a créé et qui par hasard ont été présenté comme son successeur, ont eu maille à parti avec lui, Edjoa Titus, en a payé les frais, Abba aba polycarpe, Menye Me Mve, Mebe Ngo'o Edgar et dans une certaine mesure Sadi Emmanuel qui a été vite débarqué du poste de secrétaire général du RDPC à cause de ses supposés ambitions de remplacer Biya.

Ancien joueur avant-centre de Avenir junior FC qui s’entraînait à la zone industriel de Bassa'a (Douala ), également ancien avant-centre de UCB FC qui s’entraînait au stade militaire du Bataillon Blendé de la Renaissance à Douala non-lieu de l'entreprise UCB avant le déménagement pour Bekoko où UCB a construit son centre, Samuel Eto'o est Très remonté contre Jeune Afrique et France 24, qui l'ont présenté comme futur président du Cameroun et demande à ces media de publier son droit de réponse pour apporter son démenti, ou alors il va porter plainte ...

Samuel Eto'o qui sait très bien que Biya n'aime pas qu'on parle de sa succession, redoute déja des représailles venant d'Etoudi

Le poisson d'avril de Jeune Afrique et France 24 est de très mauvais goût pour le pichichi qui sait très bien que ses séjours au Cameroun ne seront plus sereins simplement parce qu’on l'a présenté comme successeur du Roi Biya.