You are here: HomeWallOpinionsArticles2018 08 28Article 445833

Opinions of Tuesday, 28 August 2018

Columnist: Boris Bertolt

Sexe, trafic…terribles révélations sur les récentes évasions à Kondengui

Depuis quelques semaines déjà, il y règne un véritable malaise au sein de la prison centrale de Kondengui à Yaoundé du fait de quelques évasions suivis de la mise aux arrêts de certains gardiens de prison.

Ainsi, un collectif de gardien de prison en service dans cette prison qui nous a contacté s'indigne du fait que certains de leurs collègues aient été envoyés injustement en prison alors que selon eux, le principal responsable n'est autre qu'un certain IPOUNI MAX NOBODY, régisseur adjoint plus connu sous l'appellation de SAF n'est autre que l'officier qui est à l'origine de ces évasions et de tout ce malaise constaté depuis quelques temps au sein de la prison de Kondengui.

Ces gardiens de prison qui entendent mener une série d'actions pour dénoncer ce CHEF SAF et régisseur adjoint nous ont fait parvenir une longue correspondance que nous nous permettrons de synthétiser quelques griefs qu'ils reprochent à ce dernier.

Concernant les évasions…

Il y'a quelques temps, beaucoup parmi vous avez appris l'évasion miraculeuse d'une certaine ALAMBI. Une jeune dame près de la trentaine d'âge, principal accusée dans l'enlèvement de l'enfant de Vanessa Tchatchou et qui avait été condamnée à 25 ans d'emprisonnement et depuis lors, épuisait sa peine au sein de la prison de Kondengui. Il y'a quelques semaines, cette dame qui a prétexté être malade et sollicité des visites dans un hôpital public de la place s'est comme par magie évaporée dans la nature.

LIRE AUSSI: Affaire du bébé volé: Vanessa Tchatchou fait de nouvelles révélations [Vidéo]

À la vérité et selon les gardiens de prison qui nous ont contacté, cette détenue du nom d'ALAMBI entretenait depuis quelques temps des rapports sexuels toutes les nuits dans le bureau du CHEF/SAF IPOUNI MAX NOBODY. Ayant remarqué que certains gardiens avaient remarqué ces mouvements bizarres, le Chef SAF va proposer à cette fille ALAMBI de feindre un état maladif et solliciter des examens dans un hôpital, ce qui en réalité leur donnerait une occasion d'aller vivre leur idylle dans un hôtel de la place ,car faut-il le rappeler, c'est le CHEF /SAF qui gère les autorisations de sortie pour l'hôpital avec le médecin dans cette prison et le rôle du régisseur ne se limitant qu'à marquer sa signature après que ces derniers aient arrêtés les listes des détenus admissibles à aller consulter des médecins.

La Jeune ALAMBI était donc sortie ce jour-là et contrairement à la déontologie dans ce milieu, le CHEF /SAF IPOUNI avait pris sur lui de désigner comme escorte de sa dulcinée, une gardienne proche de lui du nom de TCHOUMI HUGUETTE qui pourtant, était de repos ce jour. Ainsi, la destination pour l'hôpital avait ainsi été détournée pour un hôtel de la place où le CHEF/SAF devrait retrouver sa dulcinée pour une partie de jambes en l'air.

Seulement, alors que la pauvre gardienne et naïve TCHOUMI attendait devant l’hôtel, la détenue ALAMBI qui avait vraisemblablement ourdi son coup se faufilera derrière les murs de l'hôtel et disparaitra dans la nature jusqu'à ce jour. La suite est que c'est la pauvre gardienne TCHOUMI HUGUETTE aujourd'hui qui a été mise aux arrêts en lieu et place de l'évadée pour complicité d'évasion. Le CHEF/SAF IPOUNI ayant jeté toute la responsabilité sur elle.

LIRE AUSSI: ENAM: le DG Linus Toussaint Mendjena encore pris pour cible

Autre révélation dans cette correspondance des gardiens de prison. Il ressort que le CHEF/SAF IPOUNI aurait de complicité avec le Chef du Bureau du Personnel de la prison (CBP), un certain BITOMO essayé de falsifier le bon de sortie d'un évadé de prison qui avait pourtant l'habitude d'aller travailler chez le nommé BITOMO qui était son garant.

Ce dernier qui vient d'ailleurs d'être relevé de ses fonctions aurait tout fait pour reposer leurs accusations sur des pauvres gardiens de prison qui étaient de permanence ce jour-là à la porte centrale. Jusque-là, Le CHEF/SAF n'est pas toujours inquiété.

Autres faits...en rapport avec les anglophones...

Plusieurs fois déjà, les prisonniers anglophones détenus à Kondengui ont voulu engagé des émeutes pour paralyser la situation et à chaque fois, les choses sont revenues à l'ordre grâce au régisseur Etoundi Pierre Landry que les prisonniers de Kondengui surnomment « l'Humaniste »
. Ce dernier qui est très apprécié par les détenus est celui qui, de la bouche des détenus anglophones a su les calmer jusque-là en se montrant toujours disponible pour eux à chaque fois.

Dans cette veine et selon ce collectif de gardiens de prison, il ressort que le régisseur adjoint et Chef /Saf Ipouni ne verrait pas cette popularité de son patron auprès des détenus d'un bon œil. Aussi a-t-il entrepris de monter certains gardiens de prison contre son patron pour lui coller toutes sortes d'épithètes négatifs afin de pouvoir le salir auprès du Ministre de la Justice.

LIRE AUSSI: Tête d’enfant retrouvée à Yaoundé: voici ce qui s’est réellement passé

Il se dit qu'il est convaincu qu'il serait le prochain régisseur de Kondengui et pour cela, il multiplie des petits rapports et des petites notes d'informations contre le régisseur Etoundi Pierre Landry tout en escomptant un retour d'ascenseur de la part des responsables du Ministère de la Justice.
Le problème est malheureusement que son patron jouit d'une grande popularité auprès détenus qui affirment haut et fort que sans ce dernier, il y'a bien longtemps que la prison serait en feu et à sang, et ça, tous les hauts responsables de la prison le savent grâce aux nombreux agents de renseignement qui foisonnent à Kondengui.

Pour finir, rappelons qui est le régisseur adjoint et chef Saf Ipouni Max Nobody...

C'est un jeune homme, la trentaine, qui à peine sorti de l'école nationale de l'administration pénitentiaire (ENAP) fut contre toute attente après un bref tour à la prison de Ngaoundere promu à la plus grande prison du Cameroun comme CHEF /SAF et régisseur adjoint.

Son mérite selon ses propres dires est qu'il a pris pour épouse la fille du Directeur des Affaires Pénitentiaires (DAPEN) récemment admis à la retraite et elle aussi Administrateur des prisons.
Il dit également à qui le souhaite qu'il est le fruit des réseaux Sawa qu'il représente au sein de l'administration pénitentiaire Kondengui.