You are here: HomeWallOpinionsArticles2019 08 28Article 470611

Opinions of Wednesday, 28 August 2019

Columnist: BORIS BERTOLT

Surpopulation carcérale: la juge Ayissi Mbia marchande les libertés provisoires

Elle s'appelle AYISSI MBIA Carine DOMINIQUE. Magistrat et juge d'instruction, cette dame à peine la quarantaine à des apparences adolescentes.

L'un des juges du tribunal de grande instance du Mfoundi dont la réputation est l'incarcération automatique, d'ailleurs elle s'en vente dans cette posture. Elle a du plaisirs a envoyer systématiquement en prison même sans preuves les accusés.Elle ne connaît pas la présomption d'innocence.
Et cette dernière excelle dans les pratiques telle que:

- Même si l'accusé plaide coupable dans son cabinet d'instruction, elle trouve le plaisir de garder le dossier pendant 18 mois avant de d' envoyer à la barre.
- Les cas où les interrogatoires prennent 30 à 45 minutes, elle trouve toujours du plaisir à garder le dossier dans son tiroir pendant 12 à 18 mois.

Ces pratiques ont un seul but, amener le détenu à lui proposer les pots de vin. Rien de surprenant en réalité dans la magistrature camerounais.

Prenons ce cas pour terminer. une dame plaignante du vol de son argent. Le remboursement de la somme volée à finalement été partagée entre la plaignante et ce juge puisque c'était la condition posée par cette dernière.

AYISSI MBIA fait dans le marchandage des libertés provisoires et des acquittements.

Avant de parler de surpopulation carcérale, il faut bien que l'on examine les cas particuliers comme ceux-ci.