You are here: HomeWallOpinionsArticles2018 11 24Article 451381

Opinions of Saturday, 24 November 2018

Columnist: Kand Owalski

Voici ce qui différencie 'l'homme Bamiléké' des autres

On dit qu'il est tribaliste ; moi je dis que non. Le premier acte de tribalisme c'est le repli identitaire gangrené par le rejet de l'autre. Les bamileke sont partout à travers le monde. Une ivoirienne me disait '' vous êtes jusqu'en Brunei''. Je lui ai répondu que nous étions bien plus loin que çà. Quand on n'aime pas les gens on ne va pas chez eux; on reste chez-soi et on construit des stéréotypes sur la base de nos imaginations. On fabrique pour notre peuple un schéma de pensée qui va portraiturer l'autre comme on l'imagine et jamais comme il est. Quand on n'aime pas les gens ont ne prend pas le risque d'aller s'installer au milieu d'eux pendant des décennies, on ne parle pas leur langue. Et je crois que le peuple bamileke est loin de cela. Moi je parle le maka et le bafut mieux que ma langue maternelle. Et toi? Presque tous ceux qui en veulent au peuple bamileke n'ont jamais posé leurs pieds à l'Ouest. Les festivals culturels de ce côté là ne les intéressent pas. Mais ils se permettent de stigmatiser les Bamileke à partir des éléments culturels qu'ils ne comprennent pas, ne cherchent pas à comprendre ; clichés donc. Normalement si j'apprends que les Bafia craignent la tortue je ne dois pas me moquer de leur peur. Je dois comprendre pourquoi.

LIRE AUSSI: Epervier: une organisation internationale exige la libération d'Amadou Vamoulké

Le Bamileke, dans sa généralité n'est pas tribaliste. Il est à la fois individualiste et collectiviste. Quel paradoxe ! Et c'est surtout quelqu'un d'interessé. Oui le bamileke enfonce toutes les portes derrière lesquelles il voit un intérêt. Si Congelcam sait que Biya l'exonérera des impôts et qu'il pourra augmenter 100fr ou 50fr sur le prix du kilo de poisson sans rendre compte à qui que ce soit, si en le soutenant il peut être à la fois grossiste et détaillant sans être inquiété, alors il soutient Biya même si contre lui il y'a un fils bamougoum ou tout simplement Bamileke. Si les Bamileke voulaient voter tribalement, un bamileke serait vainqueur à cette élection présidentielle chaque mandat avant que Biya ne vole. Ce peuple n'aurait pour rival que les nordistes, leur population étant presque nombreuse que la sienne. Si le vote se faisait de façon tribale, si chacun votait essentiellement pour son frère de la même aire culturelle les ''bosniaques'' mangeurs de nkuih seraient toujours vainqueurs. Mais pour qui donc voteraient ces hybrides de la MBINDA OU LA NIASS INTERCULTURELLE ?? Sont-ils à jeter?

Ce sont les Bamileke en majorité qui enrichissent les musiciens Camerounais quand ils viennent en concert en Europe. Ce sont eux qui organisent ces concerts dans la plupart des cas mais savez-vous qu'ils n'ont jamais invité Kareyce Fotso? Savez-vous qu'ils ne participent pas à ses concerts?

LIRE AUSSI: Réélection de Biya: Titus Edzoa doute de la crédibilité des résultats

Il y'a certainement du tribalisme quelque part chez les bams parce que comme le disait le relai aujoulatiste de la haine bamileke, j'ai nommé Fame Ndongo, chaque communauté est riche de ses tribalistes. Seulement je me souviens rapidement qu'en 1993 dans le Sud on a tué des bamileke et cassé leurs boutiques avec le soutien des autorités de la ville; on a jamais tué un étranger à l'ouest pour ses origines. Je me souviens rapidement qu'un an avant un certain Joseph Mono déclarait que ces bosniaques n'étaient bons que pour le commerce et n'avaient rien à faire à l'école, propriété du béti. Je me souviens que Joseph Owona renchérit qu'un bamileke ne serait jamais président au Cameroun ; qu'on a barré la route à Monseigneur Wouking, que les gens ont chié partout à la cathédrale de Mvolié et celle de la poste centrale pour lui barrer la route; développé des messages de haine à son endroit parce qu'on disait aucun bamileke dans cette cathédrale pendant qu'à l'Ouest Joseph Atanga recevait un vibrant accueil et deux véhicules. Je ne reviendrai pas sur les propos de feu Zibi ou le mémorandum de MaMa Fouda, cette homme qui pour voler la victoire du MRC dans le MFoundi en 2013 avait prétexté de ce qu'un bamileke ne devait absolument pas gagner dans son département. Quelle absurdité!

Ils disent que ce sont les Bamileke qui ont commencé cette haine. Je veux savoir quand exactement ? Celui qui a commencé cette haine c'est le français Lamberton. Il fut le premier à construire une haine anti-bamiléké en traitant ce peuple de 'caillou dans la chaussure du Cameroun'. La vérité c'est que les Bamileke étaient un caillou dans la chaussure de la France. C'est pourquoi elle a voulu exterminer cette ''race'' en orchestrant un génocide qui eût fait 800 milles morts officiellement. Nos grands parents étaient trop nombreux. Et l'un des problèmes de Maurice Kamto aujourd'hui c'est qu'il est Bamileke. Cette attribution ethnique fait que la France se trouve obligée de soutenir le vieillard mourant qui prévoit de voyager pour la Suisse la semaine prochaine. La France ne veut pas prendre de risques : ''les Bamileke aiment trop leur pays; ils nous trahiront''. C'est donc parti de la France pour être récupéré par les élites gouvernementales à sa solde. La France a assassiné les bassa et les bosniaques ; Ahidjo a assassiné les bosniaques, Biya a assassiné les nordistes, les anglophones et les bosniaques. Et c'est sous ce dernier, à partir donc de 1990, plus précisément 1992 lorsque les Bamileke ont décidé de soutenir Fru Ndi alors qu'ils soutenaient Biya depuis 1982, que son régime assassin a réactivé ce discours de haine anti-bamiléké supporté par les intellectuels véreux tels que Joseph Owona et Mono Dzana à l'époque, puis Fame Ndongo etc. . . Le tribalisme est donc parti de la France, il a ensuite été récupéré par l'élite béti autour de Biya qui est lui-même béti et pas bulu; c'est d'ailleurs pour quoi il accorde plus d'importance aux bétis qu'au bulu dans ses démarches. Ces élites ont entretenu ce tribalisme dans les générations.

LIRE AUSSI: Paul Biya, l’homme fort du Cameroun ou le pantin de la France ?

Voilà la vérité. Il y'a un problème bamileke au Cameroun, un peu comme le problème anglophone. Et la France dans tous les cas en est complice. Je vais reposer ma question : les Bamileke sont-ils tribalistes ? En agir ou en parole ? Identifions les actes tribalistes et les discours tribalistes des personnes identifiables sous ce post!!!