You are here: HomeWallOpinionsArticles2018 10 03Article 447859

Opinions of Wednesday, 3 October 2018

Columnist: Boris Bertolt

Voici comment Cabral Libii est manipulé dans les sphères politiques

Cabral Liibi entre à l’Université de Yaoundé II en 1999 et obtient sa première licence en 2008. Soit 09 ans pour obtenir une licence prévue pour 03 ans ( nous y reviendrons sur les conditions grotesques de cette obtention en temps opportun). Mais allons y.

En fin d’année 2003, Cabral est enrôlé dans le Forum National des Jeunes (FONAJEUN) dont le parrain philosophique et logistique est Chief Mila Assoute Pierre alors membre désigné du Comité Central du RDPC et mandataire du groupe des modernistes dont faisaient partir Christian Penda Ekoka, feu Pius Ottou, etc. le FONAJEUN est coordonné par l’actuel Docteur Paul ABOUNA, enseignant au Département d’Anthropologie à l’Université de Yaoundé I dont le neveu est celui qui présente Cabral qui en devient porte-parole. Rappellons que le docteur Abouna a été enfermé à Kondengui par Amougou Belinga patron Vision 4 où Cabral a été consultant et qui a enfermé David Eboutou et Patrick Sapack. C’était juste un rappel.

Au Fonajeun , On y retrouve comme membres et responsables Makondo Joseph Raoul (Chargé des Affaires Juridiques et du Contentieux) qui a été Chef de Division de la Restauration à l’Université de Douala, Derek Dzeka Tangwa (Secrétaire Général) enseignant, Bagnaken Machia Martial (Relations Publiques) en service au MINEDUH, Efendéné Gaston Albert Administrateur des Greffe l, Makeng Salomon et Bonono bakota René, enseignant (tous délégués), Philippe Nabaye (Coordonnateur Est) surveillant général , Bruno Mevengue (Coordonnateur Centre) en service à l’ANOR, Alphonse Tonye (Coordonnateur Littoral) en service à la SONEL, Serges Ondobo (délégué pour le Mfoundi) et bien d’autre.

Cette dynamique va accompagner Mila Assouté jusqu’au réjet de sa candidature à l’élection présidentielle de 2004 avec des actions d’éclat telles que les appels de 5 milles et milles jeunes demandant à Monsieur Biya de ne plus se présenter à l’élection de 2004.

LIRE AUSSI: Le Cameroun n'a pas les carastéristiques d'un pays normal

En 2005, lorsque l’ADDEC lance la grève à l’Université de Yaoundé I, Makondo Joseph Raoul lance une farce de grève à l’Université de Yaoundé II qui aboutit à son recrutement comme cadre à l’Université. Cabral est enrôlé dans cette dynamique avec son frère Makondo, mais ne bénéficie pas de la même sympathie auprès du Recteur de l’université de l’époque, membre du RDPC, Tabi Manga.

Mais, Tabi Manga va utiliser Cabral et ses amis pour contrer toutes les velléités de l’ADDEC d’étendre leur hégémonie à l’Université de Yaoundé y compris en exerçant la violence physique sur ses membres lors de l’une de leurs descentes à Yaoundé II. À cet effet Cabral et ses amis avaient recruté des gros bras pour tabasser les membres du principal syndicat estudiantin du Cameroun.

Cabral aura donc contribué à empêcher la présence de l’ADDEC à l’Université de Yaoundé II aux côtés de Makondo Joseph Raoul.

En février 2007, Mila Assouté décide de relancer les activités du parti qui s’appelait alors le Ralliement aux Changements de la Nouvelle République (RCNR), lui étant déjà en exil politique en France. Il va donc envoyer au nom de Cabral la somme de 500 milles fcfa pour l’organisation des activités de lancement avec l’idée de préparer les législatives et les municipales.

A l’époque des faits, Cabral réside à la Citée Universitaire de l’Université de Yaoundé I à la chambre B004 et Makondo est au B201. Une divergence naitra entre Makondo Joseph Raoul, Bagnaken Machia, Derek Dzeka Tangwa, Bonono Bakota René et lui car certains estimaient qu’il fallait simplement se partager cet argent sans aucune autre suite. Cabral votait pour le partage de l’argent car selon lui Milla Assoute était en exil.

LIRE AUSSI: Bertoua: un jeune homme de 20 ans meurt noyé dans la rivière Lilingué

Finalement l’idée de la relance va prospérer et une conférence de presse est organisée dans un restaurant au quartier Essos à Yaoundé sous l’animation de Cabral et Bonono Bakota René. Les réunions du parti se tiendront au siège du Journal la Voix du Sud de Monsieur Bikoe à la mobile Olezoa. Le parti changera de nom pour devenir Rassemblement Démocratique pour la Modernité du Cameroun (RDMC). Cabral bénéficiera alors de l’appui de Mila Assouté dont le paiement de sa chambre et des transferts d’argent réguliers pour ses problèmes personnels.

Après les élections législatives et municipales de 2007, Cabral va se retirer des activités du parti et même de la politique, parce que le Recteur Tabi Manga l’y a convaincu en le recrutant avec juste le Baccalauréat par le truchement de Makondo. C’est donc la trahison du RDMC qui vaut à Cabral son recrutement à l’Université avec le BAC parce qu’en ce moment, il n’avait pas encore de Licence.

Après son recrutement, il lui est confié la gestion de la boutique de l’étudiant de l’Université de Yaoundé II. Après un an de gestion, la boutique a fait faillite et Cabral fait l’objet d’un mandat d’arrêt pour détournement d’un million cinq cent mille avec pour compétence la ville de Yaoundé. Ledit mandat a été affiché dans les universités de Yaoundé I et II. Makondo réussira à le sortir d’affaire et sera nommé à la fonction de Directeur Adjoint de Radio Campus l’équivalent de Chef de Bureau de l’administration publique.

En novembre 2009, Cabral, Makondo et autres décident de faire un holdup du leadership du parti en inventant un congrès du RDMC à l’Hôtel la résidence sis à Mélen sous la manipulation de Fame Ndongo, ministre de l’enseignement supérieur. Makondo en deviendra alors Président National. Il aura fallu la détermination des militants du RDMC dont Bonono Bakota René, membre aujourd’hui de l’équipe de campagne de Serge Espoir Matomba pour sauver des mains de ces prédateurs, le parti de Mila Assouté en le défendant dans tous les médias.

En 2011, au lendemain des élections présidentielles, Cabral lance un mouvement dénommé VIGIPATRIE dont l’objectif est la vigilance de la patrie avec pour conseiller Makondo Joseph Raoul. A ce jour aucun bilan de cette organisation n’a été fait comme il en est du mouvement 11 millions.

Les personnes citées ici peuvent être approchées pour confronter ces faits. Vérifier les informations relatées ici.

Celui que nous avons en face de nous n’est rien d’autre qu’un nouveau pion de Fame Ndongo et du régime utilisé pour casser l’opposition qui est déterminée à renverser Biya en manipulant les voix des jeunes pour au final reconnaître la victoire de Paul Biya.

Demain nous publions les confidences d’un journaliste sur les propositions financières de Cabral LIBI autour de la présidentielle où il affirme clairement qu’il s’engage pour partager l’argent des élections.