You are here: HomeWallOpinionsArticles2017 07 19Article 416792

Opinions of Wednesday, 19 July 2017

Columnist: Boris Bertolt

Voici comment un vendeur de matelas est devenu consul du Cameroun au Canada (Act2)

C’est le « pape de Montréal ». Tous les camerounais lui doivent révérence. Il l’exige, l’impose et l’assume. Même l’ambassadeur du Cameroun au Canada, avec résidence à Ottawa, qui est son supérieur hiérarchique le craint. Depuis belle lurette, il n’a plus mis ses pieds officiellement à Montréal. Il l’évite. A peur de lui. L’ambiance est électrique entre les deux hommes. Mais l’ambassadeur sait très bien qu’il n’a pas le rapport de force car son rival ; bien qu’étranger, d’origine turque a ce qu’on appelle à Yaoundé « les bras longs ». Il s’appelle Yasin Jason Erdem. Cet ancien vendeur de matelas et d’appareils électro ménagers est le Consul honoraire du Cameroun au Canada.

Yasin Jason Erdem a été nommé le 28 octobre 2015 comme Consul honoraire du Cameroun à Montreal. Soit 8 jours seulement après qu’il ait été condamné par la justice canadienne pour fraude fiscale à hauteur d’environ 650 millions de FCFA. Le juge lui demandait de rembourser environ 500 millions de FCFA. Ainsi, la ni la DGRE, ni l’ambassade du Cameroun au Canada et encore moins les services de la présidence n’ont pu se rendre compte que l’homme qu’ils étaient en train de nommer pour représenter les intérêts, l’image était poursuivi déjà pour fraude fiscale et a été condamné.

Mais en fait la stratégie, de notre fraudeur fiscal était bien huilée. D’origine turque et compte tenu du rapprochement entre le Cameroun et la Turquie, il perçoit très rapidement que la justice canadienne se mettra à ses trousses (ce qui se produira quelques mois après), il crée rapidement ce qu’il appelle la chambre de commerce Canada-Cameroun et Afrique de l’Ouest (CCCCAO) en juin 2014. Son site internet est actuel inopérationnel. A l’exception de réunion annuelles, rien à son actif dans un autre pays à l’instar du Cameroun. C’est là où en fait il faut remonter pour comprendre la machination qui a permis à un vendeur de matelas de devenir consul honoraire.

En effet, le 2 avril 2014, Yasim Erdem et son épouse Chantale Bergeron décident d’offrir à la Première Dame du Cameroun, Chantal Biya, Présidente Fondatrice de SYNERGIES AFRICAINES, un don de matériels et d’équipements médicaux. Ces dons seront retracés le 10 avril. 1 mois plus tard, Stephane Biatcha, patron des synergies africaines se déplace du 23 au 28 mai 2014 pour Montréal au Canada pour une visite de travail au siège de CCCCAO. C’est là-bas que tout va en fait débuter et les deux hommes noueront d’importants liens d’amitiés et d’affaires. Il va y signer un accord de partenariat et Plaque commémorative en reconnaissance de l’Action humanitaire des Premières Dames d’Afrique sous le leadership de Madame Chantal BIYA, Première Dame du Cameroun.

17 mars 2015, le très généreux, Yasin Erdem et son épouse Chantale BERGERON, offrent à Chantal Biya un don de produits hygiéniques. Ces dons ont été rétrocédés au Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés en faveur de 200 000 réfugiés et déplacés du Cameroun. A cette date, Yasin Erdem est déjà poursuivi au Canada pour détournement de près d’un demi-milliard FCFA. Entre le 16 et 21 mai 2015, Yasin Erden et son épouse sont à nouveau au Cameroun. Cette fois-ci sur invitation de Chantal Biya. Il rencontrera la première dame. La suite les réseaux dont Stephane Mbiatcha sera le chef d’orchestre feront le travail.

5 mois après, un homme dont les recherches ne prouvent rien d’exceptionnel dans le milieu des affaires, dont le Cameroun aura été son seul terrain d’expérience de sa charité, un homme condamné par la justice canadienne pour fraude fiscale, dont il est possible que l’argent détourné ait financé les dons offerts au Cameroun sera nommé Consul honoraire de la République du Cameroun à Montréal, un pays aussi important sur le plan diplomatique.

En deux ans seulement, un homme inconnu, vendeur de matelas à Montreal, qui n’avait jamais fait des affaires avec le Cameroun a réussi à devenir un représentant des intérêts du Cameroun et son image au Canada.