You are here: HomeCountryCountryArmée camerounaise

Armée Camerounaise

Les forces armées camerounaises ont généralement été une force apolitique dominée par le contrôle civil. La dépendance traditionnelle à l'égard de la capacité de défense française, bien que réduite, continue d'être le cas puisque les conseillers militaires français restent étroitement associés à la préparation des forces camerounaises en vue de leur déploiement dans la péninsule contestée de Bakassi.

 

L'armée, l'armée de l'air et la marine camerounaises (y compris l'infanterie de marine), la gendarmerie nationale et la garde présidentielle constituent les forces armées camerounaises. Il compte environ 38 000 à 40 000 personnes sur terre, dans les airs et en mer.

 

Les forces armées camerounaises disposent de terrains d'entraînement dans tout le pays. Des bases aériennes importantes sont situées à Garoua, Yaoundé, Douala et Bamenda. Il a été dit que la Chine entretient des relations militaro-militaires avec le Cameroun, ce qui inclut la formation d'étudiants militaires camerounais chaque année. Il existe également des conseillers techniques pour aider à la réparation des véhicules militaires et des navires de guerre camerounais, ainsi qu'aux ventes militaires chinoises.

I.   Armée de terre

Avec un total de 20 000 hommes, dont 10 % de femmes, l'armée demeure l'un des atouts les plus importants de la nation. L'armée est placée sous la responsabilité du chef d'état-major, Nkoa Atenga, général de division (Général de division), dont l'état-major est à Yaoundé. Actuellement, l'organisation date de 2001 avec une répartition en plusieurs types d'unités : unités de combat, unités d'intervention, unités de soutien et enfin unités de réserve spéciale dans le cadre de trois régions militaires communes et les dix secteurs militaires terrestres.

Chaque unité est entraînée et équipée pour combattre en terrain marécageux côtier, comme le démontrent les terrains d'entraînement dans la péninsule de Bakassi. Bien que bien entraînée, l'armée camerounaise n'a pas d'expérience opérationnelle contre d'autres forces ; il n'est donc pas possible d'évaluer sa capacité à répondre aux menaces changeantes et aux tactiques d'opposition.

 

II.    Armée de l’air

Fondée en 1960, l'année de l'indépendance de la France, l'armée de l'air compte environ 600 soldats qui ont des bases dans tout le pays, notamment à Garoua, Koutaba, Yaoundé, Douala et Bamenda. L'Armée de l'Air du Cameroun possède théoriquement une force relativement équilibrée d'avions relativement peu sophistiqués, même si beaucoup d'entre eux vieillissent et nécessitent un niveau élevé d'entretien.

 

L'accent est mis sur les opérations de transport et de services publics à l'appui des forces terrestres. La capacité de combat est modeste et se limite à quelques entraîneurs armés qui peuvent être utilisés pour des attaques au sol, des contre-assurances et des rôles de soutien aérien rapproché. Six entraîneurs à réaction Atlas Impala achetés en Afrique du Sud en 1997 ont eu une longue période de gestation avant de devenir opérationnels et n'ont été mis en service qu'à la fin de 1998. Aucun des Impalas n'est actuellement en service à l'exception de quelques avions ultra-légers, qui sont les ajouts les plus récents à l'inventaire.

 

Les armes aériennes du Cameroun manquent d'avions d'entraînement et ont également connu une baisse significative des moyens de transport, la dernière en date étant l'immobilisation en 2001 des trois autres DHC-5D Buffalo. Comme pour les autres forces aériennes régionales, peu d'aéronefs ont été achetés depuis la fin du boom pétrolier au début des années 1980 et le fardeau commence à se faire sentir sur l'équipement qui est dans le système depuis au moins deux décennies.

 

L'organisation

L'armée de l'air camerounaise a été créée en août 1960. Les Français ont fourni le premier lot d'équipement à l'armée de l'air camerounaise. Par la suite, la France a commandé les hélicoptères Alouette II, Alouette III et Gazelle, Fouga Magister et Dassault-Dornier Alpha Jet, des entraîneurs à réaction, etc. En 1977, deux Lockheed C-130 Hercules sont mis en service. Par la suite, quatre turbopropulseurs de Havilland Canada DHC-5 Buffalos ont été commandés en 1981.

 

En 1982, trois Dornier Do 128 à double turbopropulseur sont entrés en service pour le rôle de patrouille maritime. L'armée de l'air comprend trois bases aériennes principales, à Yaoundé, Douala et Garoua. L'état-major de l'armée de l'air est réparti entre ces trois bases, au sein de chaque région militaire.

 

La base de Yaoundé est une plate-forme d'hélicoptères et de liaison ; la base de Douala est une plate-forme de transport logistique et tactique ; la base de Garoua est une plate-forme d'attaque et de formation. Les deux premières bases sont surchargées de travail en raison d'une utilisation fréquente sur une longue période de temps. Il n'y a pas de systèmes d'arrêt, pas d'installations de radionavigation ni d'appareils d'éclairage. Aucun investissement majeur n'a été fait ici depuis longtemps.

 

La base de Garoua est la plus moderne et la mieux équipée et "conforme" aux normes de l'OTAN ayant été construite par les Allemands, suite à un appel d'offres. Le PANVR (Pôle Aéronautique National une Vocation Régionale) est situé sur cette base. Les gros avions peuvent atterrir facilement sur cette base, mais le site n'est pas bien entretenu.

 

L'aérodrome de Koutaba abrite le Bataillon des Troupes Aeroportees (BTAP). Enfin, l'aérodrome de Bamenda pourrait devenir une quatrième base aérienne, avec le stationnement des fusiliers commandos de l'air (BAFUSCO AIR) : actuellement 60 personnes sous le commandement d'un lieutenant-colonel sont assistées par huit officiers pour travailler sur le site.

 

Actuellement, l'armée de l'air dispose de 6 Dassault/Dornier Alpha Jets (2 sont actuellement inutilisables) comme avions d'attaque ; 3 Lockheed, C-130 Hercules et 1 Aérospatiale SA 330 Puma, 1 Piper PA-23, 1 Aérospatiale Alouette II, 2 Joker 300, 7 Humbert Tétras comme avions d'entraînement et 2 Bell 206 pour l'observation et la liaison. L'escadron aérien présidentiel indépendant compte 1 Grumman Gulfstream III, 1 Aérospatiale Dauphin et 1 Aérospatiale Super Puma, qui ne font pas partie de l'équipement des forces aériennes. L'entretien des avions de cet escadron est meilleur que celui de l'armée de l'air.

 

Formation du personnel

La formation de base des aviateurs est dispensée à Koutaba. Les sous-officiers, les adjudants et les officiers généraux suivent une formation au PANVR, qui est aussi une école régionale où s'entraînent des pilotes d'autres pays africains. L'objectif de l'école est de les préparer à l'examen du CSEA à Salon-de-Provence (une place en France). Cependant, les officiers pilotes camerounais suivent également une formation dans d'autres pays comme le Maroc et les Etats-Unis.

 

Dirigeants

L'armée de l'air camerounaise a la structure de grades suivante :

 

Officiers généraux

- Général, Général d'Armee Aerienne

- Lieutenant Général, Général de Corps D'Armee Aerienne

- Major General, General de Division Aerienne

- Général de brigade, Général de Brigade Aerienne

 

Autres dirigeants

- Colonel, Colonel

- Lieutenant Colonel, Lieutenant Colonel

- Major, Commandant

- Capitaine, Capitaine, Capitaine

- Lieutenant 1er lieutenant, lieutenant

- Sous-lieutenant, sous-lieutenant

 

 III. Force navale

Il y a environ 1 100 soldats dans la marine, y compris l'infanterie nav