You are here: HomeCountryGeographyBafut

Bafut

Bafut est une ville, un fondom traditionnel ou royaume ou chefferie et une communauté moderne au Cameroun. Il est situé dans le département du Mézam, lui-même situé dans la province du Nord-Ouest.

Bafut est célèbre pour avoir conservé sa structure de royaume traditionnel (ou "Fondom"), sous la direction du chef de Bafut. Son pouvoir traditionnel fonctionne toujours en harmonie avec son conseil municipal moderne, qui vise à faire de Bafut une ville économique.

La tradition Bafut tire ses origines dynastiques des régions de Ndobo ou de Tikari. Depuis le règne de Firloo, le premier chef du Bafut, il a fonctionné comme un fondom ou royaume, utilisant le système électrique traditionnel. A leur arrivée de Tikari, il y a au moins 400 ans, les Bafut construisirent ce que l'on appelle aujourd'hui le "vieux palais" de Mbebli, aussi appelé Ntoh Firloo. Cette ville abrite encore les tombes des trois premiers rois Bafut Firloo, Nebasi Suh et Ambebi.

Le palais du chef, et donc le centre du pouvoir traditionnel de Bafut, a ensuite été déplacé à son emplacement actuel. Au moment de l'invasion allemande à la fin du XIXe siècle, le Bafut avait à peu près pris sa forme actuelle.

Les guerres de Bafut ont résulté de l'intrusion coloniale allemande dans le fondom de Bafut.

L'explorateur allemand, le Dr Eugen Zintgraff, visita Bafut en 1889. Il s'était auparavant arrêté à Bali Nyonga où il avait reçu un accueil chaleureux de Galega, le chef ou roi de Bali Nyonga. Cependant, le chef du Bafut, Abumbi, l'a reçu avec circonspection car Bafut n'était pas en bons termes avec Bali Nyonga. Zintgraff aurait commis deux infractions à l'étiquette à son arrivée à Bafut. L'histoire raconte qu'il s'empara de la coupe à boire de la main du roi et en but et qu'il insista pour appeler Abumbi par son nom princier "Gualem". Cette manifestation ouverte d'irrespect a été interprétée à Bafut comme une tentative délibérée de rabaisser le chef ou le roi et on a supposé que Galega de Bali Nyonga était derrière tout cela.

Les relations entre Bafut et les Allemands se sont détériorées par la suite au point d'entraîner un conflit armé. En 1891, Bafut se rendit chez son voisin et allié Mankon, qui avait été attaqué par une force allemande de Bali Nyonga jusqu'à Bafut. Cette force avait été envoyée pour venger la mort de deux des messagers de Zintgraff envoyés à Bafut pour exiger l'ivoire. Le 31 janvier 1891, il attaqua Mankon et brûla la ville. Alors que la force d'attaque lancée se retirait, les guerriers Mankon, assistés maintenant par leurs alliés de Bafut, contre-attaquèrent pour venger leurs ennemis en laissant les Allemands s'épuiser. Dix ans plus tard, les Allemands, sous Pavel, revinrent en force. Bafut subit une série de raids punitifs en 1901, 1904-1905 et 1907, à l'issue desquels le chef ou roi fut arrêté et exilé à Douala pendant un an.

Dans l'intervalle, une station militaire était située à Bamenda pour servir de quartier général administratif du district jusqu'à ce que les Allemands soient expulsés pendant la Première Guerre mondiale (1914-1918), lorsque la garnison Bamenda mourut en octobre 1915.

Après une brève période d'administration conjointe, la Grande-Bretagne et la France divisent conditionnellement le territoire. Cette partition, confirmée par l'accord Milner-Simon de juillet 1919, fait du Bafut un protectorat britannique constitué dans la province du Cameroun et rattaché aux provinces du sud du Nigeria britannique à des fins administratives. Il a été signalé qu'au moins un chef de Bafut, Achirimbi II, entretenait des liens d'amitié avec les Britanniques. Lorsque les Britanniques ont quitté le Cameroun en 1961, la région avait le choix de rejoindre soit le Cameroun nouvellement formé, soit le Nigeria. Le Chef Achirimbi II est célèbre pour sa citation en relation avec cette idéologie qu'il a remarquée sur son choix comme étant entre le "Feu et la Mer profonde".

Le 1er janvier 1960, le Cameroun français a obtenu son indépendance de la France, puis le 1er octobre 1961, les anciens camerounais britanniques du Sud (dont le Bafut) se sont unis au Cameroun français pour former la République fédérale du Cameroun.

Le Conseil du Bafut a été créé par décret présidentiel le 23 novembre 1993 pour promouvoir le développement local et améliorer les conditions de vie des habitants de la région. Le gouvernement local a commencé à fonctionner en 1996, après les élections municipales. Sa population était de 80 305 habitants en 2005, mais on estime aujourd'hui qu'elle compte plus de 100 000 habitants. C'est avant tout une région agraire. Bafut est situé à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest de Bamenda, dans la division Mezam, et couvre une superficie de près de 340 km2.

Bafut est situé dans la région géographique des Grassfields de l'Ouest - qui comprend la province du Nord-Ouest du Cameroun et les zones herbeuses environnantes. Bafut est le plus puissant des royaumes traditionnels des Grassfields, aujourd'hui divisé en 26 quartiers le long d'un tronçon de 10 kilomètres de la "Ring Road" qui longe une crête au-dessus de la Menchum Valley. La population est répartie en trois zones principales.

- Au cœur du pays se trouvent les habitants de Mumala'a regroupés autour du palais du chef. Ces gens se désignent eux-mêmes comme le vrai Bafut (Bufu). Ce nom peut s'appliquer à l'ensemble de la chefferie.

- Au sud se trouve le Ntare (zone de crête)

- Au nord se trouve le Mbunti (plus bas) qui descend abruptement vers la vallée de la rivière Menchum.

Les principales langues qu'ils parlent sont le bafut et le pidgin anglais, mais ils parlent aussi le mundum, le mbuhnti et le français. La langue Bafut est classée dans la section Mbam-Nkam de la branche centrale de la famille Niger-Congo avec d'autres langues voisines telles que Bali Nyonga, Bamum et Pinyin.

Bafut est l'une des deux régions du Cameroun (l'autre étant Bali, Cameroun), où les systèmes électriques traditionnels sont encore en place. Bafut est un royaume ou Fondom. Il était situé au centre du royaume local du peuple Tikar, originaire des régions septentrionales du lac Tchad, et est actuellement administré par le chef du Bafut.

Le chef de Bafut était, et l'est encore dans une certaine mesure, le chef suprême de la région, tous les autres chefs lui prêtant allégeance.

Le chef partageait le pouvoir avec un conseil des anciens ou "Kwifor". L'adhésion était limitée aux roturiers qui avaient atteint le rang de conseil des faiseurs de rois - Bukum (chant. Nkum). La force de Kwifor résidait dans son rôle de conseil des faiseurs de rois et était donc un frein au pouvoir royal.

Le Conseil de Bafut a été créé par décret présidentiel le 23 novembre 1993 pour promouvoir le développement local et améliorer les conditions de vie des habitants de la région. Le gouvernement local a commencé à fonctionner en 1996, après les élections municipales. Le conseil, situé à Njinteh Bafut, devait être un point de rencontre de la gouvernance démocratique locale moderne et des coutumes traditionnelles. Il est composé des Fondom de première classe du Bafut et des Fondoms autonomes de seconde classe des Mundum I et II qui partagent les pouvoirs avec le Conseil.

Depuis sa création, le conseil municipal de Bafut concentre ses efforts sur l'approvisionnement en eau des villages environnants, l'amélioration des routes et des infrastructures qui relient les terres agricoles aux marchés du village, la plantation d'une réserve forestière et l'amélioration des centres de santé locaux. Le gouvernement national du Cameroun s'est efforcé de transférer certaines responsabilités et ressources locales aux Conseils du pays : en faisant d'eux un point focal pour l'orientation et la gestion du développement local. Cependant, le personnel du conseil a souffert de capacités insuffisantes pour le bon fonctionnement des institutions du conseil.

D'autres efforts du conseil de Bafut comprennent l'achèvement d'un plan de développement durable axé sur la communauté avec les besoins qualitatifs et quantitatifs des villages au sein du conseil, ce qui faciliterait l'orientation et la gestion appropriées du développement de la zone du conseil. Malgré les défis que lui posent ses ressources, le Conseil s'est efforcé d'établir des partenariats public-privé afin de mieux utiliser ses ressources pour le développement local d'une manière écologiquement durable.