You are here: HomeCountryGeographyBamenda

Bamenda

Bamenda, également connue sous le nom d'Abakwa et Mankon Town, est une ville située au nord-ouest du Cameroun et capitale de la région du Nord-Ouest. La ville avait une population d'environ 800 000 habitants lors du recensement de 2012 au Cameroun, et était située à 366 km au nord-ouest de la capitale camerounaise, Yaoundé. Bamenda est connue pour son climat frais et son emplacement stratégique qui montre ses magnifiques paysages de collines et de végétation.

L'origine de la ville montre une zone couvrant trois villages - Mankon, Mendakwe et Nkwen. Le premier a été nommé en l'honneur du peuple Mankon. Une alliance de 5 groupes ethniques a convergé pour former une chefferie avec un chef connu sous le nom de chef Mankon.

Le principal groupe ethnique des Bamenda est le Tikar. Dans le passé, les Tikars ont dû faire face aux invasions des habitants des collines environnantes. Entre 1700 et 1800, ils rejoignirent une confédération créée par le Mbum à des fins de défense. Cependant, Bamenda comprenait aussi le peuple Nguemba.

Bamenda a été soumise au colonialisme allemand à la fin du XIXe siècle, et des preuves de l'occupation de Bamenda par l'Allemagne peuvent encore être vues aujourd'hui dans des structures telles que le Fort de la gare de Bamenda. Après la défaite des Allemands pendant la Première Guerre mondiale (1914-1918), la Société des Nations partagea les territoires coloniaux allemands entre les nations victorieuses. Le Cameroun occidental a donc été administré conjointement avec le Nigeria sous le protectorat des Britanniques jusqu'en 1961. Après un plébiscite, elle a accédé à l'indépendance en rejoignant la République du Cameroun, alors déjà indépendante.

Aujourd'hui, de nombreux habitants de la ville sont anglophones, mais l'anglais pidgin camerounais est la principale langue parlée dans les rues de Bamenda. Certains groupes de pression politiques anglophones représentés dans la ville, comme le Southern Cameroons National Council (SCNC), prônent la sécession du reste du Cameroun, qui est francophone.

En tant que centre provincial, la ville compte de nombreux marchés, banques et bureaux. Les principales industries y sont la transformation de produits agricoles tels que le café. Le musée et les magasins locaux présentent une grande variété de paniers, de perles, de sculptures sur bois et de statues en bronze de la région.

A Bamenda, il y a des sites culturels comme le palais du chef Mankon avec son musée nouvellement construit, et le palais du chef Bali avec ses structures architecturales anciennes. Le terrain montagneux autour de la ville offre un paysage magnifique comme celui de la montagne Sabga sur la plaine du Ndop.

La ville de Bamenda a des liaisons routières vers Yaoundé et Douala, ainsi qu'un aéroport désaffecté. Au nord de la ville se trouve le périphérique de Bamenda, une route circulaire de 367 km (228 mi) à travers les montagnes les plus spectaculaires du Cameroun. Le long de cette route se trouve le mont Oku (3 000 m), la réserve de gibier de la rivière Kimbi, les chutes de la rivière Menchum, un immense palais du chef à Bafut, et un temple pyramidal au toit de chaume à Akum (également connu sous le nom de Bagangu). La zone de Bamenda a été placée sous la supervision d'un délégué du gouvernement au conseil, M. Ndumu Nji Vincent, qui a été nommé par le chef de l'Etat. Il a été nommé par décret présidentiel et a été officiellement conseiller technique du Premier Ministre.

Au fil des ans, Bamenda a été célèbre pour avoir deux équipes qui ont joué dans le championnat de première division. Dans les années 1970, c'était PWD Bamenda et plus tard dans les années 1980, c'était Camark Bamenda. En raison de la chute de l'influence et de la budgétisation du département des travaux publics et de l'Office camerounais de commercialisation des fruits et légumes, les deux équipes ont perdu leur renommée.

Bamenda est le siège du plus grand parti politique d'opposition au Cameroun, le Front social-démocrate (SDF), et le domicile de son chef, John Fru Ndi. Le SDF est le plus grand parti d'opposition du Cameroun et a été fondé à Bamenda. Il y a une forte présence militaire dans toute la ville. Le 26 mai 1990, un groupe d'élites bamenda a lancé le parti à Ntarikon Bamenda, malgré une forte présence policière. Cependant, le lancement ne s'est pas terminé sans pertes. Six civils sont morts au cours du processus.

Bamenda est également à l'origine du Southern Cameroons National Council (SCNC), un groupe qui a demandé la restauration de l'ancien British Southern Cameroons, un territoire qui couvre les provinces anglophones du Nord Ouest et du Sud Ouest. Le SCNC est né à Bamenda en 1994, après que la All Anglophone Conference (AAC2) eut publié la "Déclaration de Bamenda" dans laquelle elle avait demandé au gouvernement du président Paul Biya de répondre à tous les griefs anglophones énoncés dans la Déclaration de Buea de 1993 ou d'affronter la colère du peuple du Cameroun Sud. Le gouvernement camerounais n'a pas répondu à la Déclaration de Bamenda et depuis lors, le SCNC a catégoriquement maintenu qu'il considère désormais la restauration de l'indépendance du Cameroun du Sud comme définitive et irrévocable.