You are here: HomeCountryGeographyNgaoundéré

Ngaoundere

Ngaoundéré ou N'Gaoundéré est la capitale de la région de l'Adamawa au Cameroun. Elle comptait environ 152 700 habitants lors du recensement de 2005. Elle se trouve à l'extrémité nord de la voie ferrée vers Yaoundé et possède également un aéroport. La ville actuelle a été fondée en 1835 par le dirigeant Peul Ardo Njobdi, bien que le site ait aussi été une capitale Mbum. Les attractions de la ville comprennent le Palais Lamido et la Grande Mosquée Lamido. Le nom Ngaoundéré est un mot composite dans la langue Mbum qui signifie Navel-Mountain, où "Ngaou" signifie montagne et "ndéré" signifie nombril. La ville tire son nom d'une montagne voisine sur le plateau de Ngaoundere.

Les Mbum's sont la population indigène de Ngaoundéré et des environs immédiats. Les Fulanis ont envahi la région au début du XIXe siècle. Les Fulanis gouvernent la région depuis la fondation de Ngaoundere aux côtés de Mbum vers 1835. Les habitants de Ngaoundere et de Mbum étaient considérés comme un peuple protégé par la loi islamique. Le souverain doit être issu de la lignée de la famille Fulani au pouvoir du côté de son père, s'étendant aussi loin que le premier Lamido de Ngaoundéré Ardo Njobdi de Boundang. Du côté de sa mère, on attend de lui qu'il soit un descendant Mbum, de sorte qu'il représente l'ensemble de la population. Étant de loin la plus grande ville de l'Adamaoua, Ngaoundéré a attiré de nombreux colons des zones rurales environnantes, y compris Díi du nord, Gbaya de la région de Meiganga, et Pere de l'ouest. La population a augmenté rapidement après l'achèvement du chemin de fer en 1973, et une grande partie de cette population provenait de l'extérieur de la région d'Adamaoua. C'est ce qui ressort de la dichotomie ironique entre le Grand Marché, adjacent au Grand Mosqué et abritant principalement des commerçants locaux, et le Petit Marché, beaucoup plus grand, situé au nord-ouest dans un quartier abritant une population originaire en grande partie des régions du sud du Cameroun.

La ville sert de plaque tournante importante pour les communications, reliant le sud du Cameroun à la partie nord du pays. Il y a une route pavée de bonne qualité, avec quelques nids-de-poule, qui va de Ngaoundéré à Garoua et Maroua, et au Tchad. Le chemin de fer de Yaoundé s'arrête ici, et la gare est toujours pleine de vie. Les principaux produits de cette région sont les bananes, les autres fruits et les marchandises générales en provenance du sud. Le nord envoie du coton provenant du Nord et du Tchad et du bétail de l'Adamaoua vers le sud.

L'aéroport dispose d'une piste de 1,6 km, capable d'accueillir des Boeing 737 et des appareils similaires. Dans les années 1980 et au début des années 1990, l'aéroport avait plusieurs vols hebdomadaires vers Yaoundé et Douala au sud, Garoua au nord et N'Djamena au Tchad. En raison du déclin économique et du déclin de la compagnie aérienne nationale, Cameroon Airlines, l'aéroport voit actuellement très peu de trafic, voire aucun. Le code des aéroports OACI (Organisation de l'aviation civile internationale) est FKKN tandis que le code IATA (Association du transport aérien international) est NGE.

Ngaoundéré est relié au réseau micro-ondes camerounais, mais le système n'est pas très fiable. Cependant, beaucoup d'entreprises privées ont des communications bidirectionnelles par satellite, et il y a beaucoup de cybercafés dans la ville.

La ville a un mélange de nombreuses religions. Il y a environ 60 % de musulmans et 30 % de chrétiens de diverses confessions, dont les protestants luthériens protestants, catholiques, baptistes et anglicans. Il y a aussi des croyances traditionalistes et d'autres croyances qui prennent les 10% restants. Il y a peu de problèmes interreligieux dans ce domaine.

La Société missionnaire norvégienne a établi sa première mission ici au début des années 1920. L'église construite en 1923 est toujours debout. Au moment de la construction, il y avait 3 chrétiens dans la ville, mais étant optimiste, l'église a été construite pour une capacité d'environ 200. En collaboration avec l'Eglise Evangélique Luthérienne au Cameroun (EELC) et l'Eglise Evangélique Luthérienne au Cameroun (EELC), la NMS (Norwegian Missionary Society) a construit l'hôpital protestant de Ngaoundéré, une école secondaire et plusieurs autres institutions.

Ngaoundéré a déjà détenu la plus grande contingence norvégienne au monde, avec plus de 100 Norvégiens qui y vivaient dans les années 1980. Le quartier est même surnommé "Norvège".