You are here: HomeCountry

Histoire politique du Cameroun

L'ère précoloniale

Les premiers habitants du Cameroun étaient probablement les Baka, également connus sous le nom de Pygmées. Les pygmées habitent toujours les forêts des provinces du sud et de l'est du Cameroun.

1er millénaire (C.-B.)

Le sud-ouest de l'actuel Cameroun et le sud-est du Nigeria étaient considérés comme la plaque tournante des Bantous.

Ve siècle (avant J.-C.)

Selon certains historiens, le Mont Cameroun aurait été nommé "Chariot des dieux" par un Carthaginois du nom de Hannon. D'autres écoles d'historiens rejettent cette théorie au motif qu'il n'existe aucune preuve de son passage au Cameroun et que les conditions de l'époque ne lui auraient pas permis une expédition au Cameroun qui est extrêmement loin de Carthage.

Contexte historique de l'Afrique

Le sud-ouest de l'actuel Cameroun et le sud-est du Nigeria est considéré comme le berceau du peuple bantou avant notre ère.

Les Tikars, les Bamouns et les Bamilékés se sont installés sur les hautes terres du Cameroun par la migration. Au nord, la civilisation de Saos, moins populaire, s'est installée dans le bassin du lac Tchad. Cette région a été formée au 16ème siècle sous le contrôle de l'empire du Kanem-Bornou. Kanem-Bornou serait le premier état connu à s'être développé autour du lac Tchad à partir du XIXe siècle. Il est devenu musulman au XIe siècle et a atteint son apogée à la fin du XVIe et au XVIIe siècle. Elle a imposé sa souveraineté sur la majorité du territoire camerounais. Il écrasait constamment les gens qui lui résistaient et les petits royaumes camerounais dont les royaumes Kotoko et Mandara.

A la fin du 16ème siècle, la grande vague de migration des Peuls (Peuls et Peuls qui sont des sous-groupes de Peuls) des pasteurs nomades s'est déplacée d'ouest en est des Macinas, pour s'installer au lac Tchad. Au cours des siècles suivants, les Peuls se sont établis à l'actuel Adamawa, contribuant ainsi à la propagation de l'Islam. Ils organisèrent de petits états musulmans théocratiques, dirigés par un "Lamido", qui était à la fois leur chef politique et spirituel.

Le royaume de Bamoun a été fondé à la fin du XVIe siècle et s'est envolé sous le règne de Mboumbouo Mandu à la fin du XVIIIe siècle. Il a étendu son territoire par la force des armes et a ensuite travaillé pour consolider son pouvoir. Au début du XIXe siècle, l'État musulman s'est étendu et a consolidé son pouvoir.

En 1804, Usman Dan Fodio et les Peuls du Nigeria ont lancé une guerre sainte contre la Hausa Toucouleur pour étendre le royaume. S'appuyant sur cet exemple, les Peuls du Sud ont rallié leur cause et propagé le Jihad dans leur région. Adama, chef des Peuls du Sud, prit le titre de Cheikh, et les routes islamiques du Sud prirent le nom d'"Adamawa". Leur capitale Yola était sur la Bénoué. Lamido Adama mourut en 1847 et le royaume de Bamoun dut lutter contre l'expansion fulani.

 

Du XVe au XIXe siècle - Origines

C'est en 1472 qu'un Portugais, Fernando Pô et ses hommes de mer entrèrent dans l'estuaire de la rivière Wouri, et ils furent stupéfaits de découvrir tant de crevettes dans la rivière tout en se rendant en Inde. Ils l'appelaient avec emphase "Rio dos Camaroes" (rivière aux crevettes). Ceci définit l'origine du nom Cameroun.

Les Hollandais et les Allemands s'en sont pris aux Portugais. Plus tard, en 1532, les Allemands et les Hollandais collaborèrent avec les Doualas pour se livrer à l'esclavage comme forme de commerce. Cependant, ces Européens n'ont pas pu s'établir comme ils l'ont fait à Luanda (Angola) ou à Saint Louis (Sénégal) à cause de l'accès difficile à la côte marécageuse qui était fortement infestée par le paludisme tropical.

Au XVIIIe siècle, les prédicateurs peuls sont venus de l'ouest et ont réservé les Kirdis et les Massas de la plaine du Diamaré entre Logone et Bénoué. Ils ont converti la région sud en Islam. Leur chef Ousman Dan Fodio a envoyé son guerrier Adam pour islamiser les régions du sud et l'a rebaptisé Adamawa. Il a échoué au moment où ils ont été arrêtés par le royaume de Bamun. L'islamisation du royaume de Bamun s'est faite sous la direction du roi Njoya. Le roi Njoya est resté célèbre pour la composition de l'alphabet à partir des idéogrammes qu'il a créés et de la carte du pays qu'il a préparé.

Vers 1700, diverses populations d'origines inconnues se sont installées dans les champs d'herbe de l'ouest occupés par l'ethnie Bamileke, les années 1827 ont été marquées par l'exploration britannique et camerounaise et le Biafra. L'année 1845 a vu l'évangélisation précoce par la Baptist Missionary Coast Society of London. Puis en 1847, Lamido Adama mourut. Après sa mort, la capitale de l'Adamawa, (Yola) située sur la Bénoué fut fondée.1868 enregistre l'ère des marchands allemands et 1884 marque, la signature par la Douala d'un traité d'assistance avec l'Allemagne pour reconnaître sa souveraineté proclamée sur le "Kamerun". Enfin, en 1890, l'avènement de la Societas Apostolus Catholici (évangélisation) a été enregistré.

LA PÉRIODE COLONIALE

Les contacts du Cameroun avec les Européens ont commencé avec les échanges commerciaux et le commerce, y compris la traite des esclaves. Cela a entraîné l'introduction du christianisme et le démantèlement progressif de la règle locale existante (comme le royaume de Bamun).

Kamerun allemand (1845 - 1884)

En 1845, les missionnaires baptistes britanniques s'installèrent au Cameroun avec un motif principal d'évangélisation. Viennent ensuite les échanges commerciaux avec les Britanniques. Elle ne dura pas très longtemps, puisqu'en 1868, un comptoir allemand fut ouvert près de Douala par Woerman, un marchand de Hambourg.

L'objectif des Britanniques était de développer leur commerce et de mettre fin à l'esclavage dans la région, ce qui n'était pas dans l'intérêt des dirigeants doualans de l'époque. Ils ont même écrit une lettre à la reine Victoria pour exprimer leur mécontentement.

De 1860 à 1870, les Français et les Allemands commencent à s'intéresser au Cameroun. Le gouvernement allemand a envoyé Gustave Nachtigal pour négocier la mise en œuvre sous la supervision allemande du Cameroun avec les dirigeants doualans. En conséquence, des traités ont été signés à cet égard avec les dirigeants de l'estuaire du Wouri, également appelé " fleuve Cameroun ". On les appelait les traités germano-Douala. L'une d'elles, datée du 12 juillet 1884, marque la naissance du Cameroun international moderne.

Le 14 juillet 1884, le drapeau allemand a été hissé à "Cameroon Town", leur premier lieu de peuplement, d'où le nom de "Kamerun". La ville devint plus tard Douala, la colonie allemande de "Kamerun".

1884 - 1922

La colonisation allemande a commencé en 1884 avec la signature d'un traité entre le roi de Bell et Gustav Nachtigal en juillet 1884. (Gustav Nachtigal était un explorateur allemand d'Afrique centrale et occidentale). Malgré l'opposition des dirigeants de Douala, le protectorat s'est étendu du lac Tchad au nord jusqu'aux rives du sud-est de la Sangha. Tout au long de leur voyage vers l'Est, les Allemands s'étaient heurtés à la population locale qui avait le sentiment que leur commerce était menacé.

Kamerun Schutzgebiet (Protectorat du Cameroun) est placé sous l'autorité d'un gouverneur représentant le Chancelier du Reich. Il a également fait des divisions basées sur les stations et ces stations ont conduit à des unités administratives plus petites ; Bezirk (dans le sud) et Residentur (dans le nord).

De 1885 à 1901, Douala a d'abord été choisie pour accueillir la résidence et les bureaux du gouverneur. Puis, de 1901 à 1909, Buea fut choisie par le gouverneur von Puttkamer pour son climat plus frais. L'éruption du Mont Cameroun en 1908 met fin prématurément au règne de Buea. Les Allemands sont ensuite retournés à Douala pour s'installer à nouveau à la résidence et aux bureaux du gouverneur, mais cette fois-ci, ils ont dû faire face à une révolte des Doualiens qui ont résisté à l'expulsion de leur propre terre.

Considéré comme une zone d'opération pour les Allemands, le Protectorat de Kamerun a été mis en valeur par son nouveau maître sur les plans agricoles et infrastructurels. En ce qui concerne l'agriculture, les Allemands ont établi de grandes plantations de produits d'exportation comme le cacao, le café, les bananes, le caoutchouc, l'huile de palme, dont la plupart ont été trouvées sur les pentes du Mont Cameroun.  Pour atténuer les problèmes de transport, les Allemands ont ouvert de nombreuses routes, des ports, des ponts et construit des chemins de fer en particulier. Les Allemands ont mis en place les premières installations télégraphiques, téléphoniques et télégraphiques sans fil. Les indigènes étaient alors soumis au travail forcé et aux châtiments corporels.

Une série de révoltes a éclaté dans les plantations de la région de Douala, jusqu'à la période de grève fiscale. Néanmoins, la maîtrise allemande n'a pas été ébranlée par ces événements.

En plus de la signature du "Traité Germano-Duala", les Allemands ont affronté la résistance et les révoltes dans leur tentative de conquête de l'arrière-pays du Cameroun. Ils ont été aidés dans leurs conquêtes par des chefs traditionnels ; les plus célèbres d'entre eux étaient Fon Galega le 1er chef de Bali, le sultan Bamun Ibrahim Njoya et Charles Atangana qui fut ensuite nommé Oberhauptling (chef principal) de Yaoundé et Bané.

Après les guerres sanglantes qui ont détruit les Etats Peuls et le Royaume Mandara (déjà affaiblis contre les guerres sans fin contre les Peuls et le Royaume Kanem Bornou), ils atteignent Adamawa en 1899 et le lac Tchad en 1902. Seul le royaume de Bamun avec son souverain Njoya évita la guerre en négociant avec les Allemands. Le sultan Njoya a ouvert son territoire aux innovations politiques et économiques qu'ils lui ont proposées en échange de son pouvoir. En 1911, le territoire de Kamerun s'étend sur une partie du Congo donnée par la France (zone du bec de canard sur la carte du Cameroun car elle donne accès au fleuve Congo).

Dans la forêt du sud, l'armée allemande s'empara de Kribi le 15 octobre 1887. Dans le sud, le major Hans Dominik établit son poste militaire à Yaoundé en 1894 et des relations amicales s'établissent avec plusieurs dirigeants comme Charles Atangana et Nanga Eboko. L'Est ne sera colonisé qu'en 1907 par le major Hans Dominik.

En 1908, la capitale est transférée à Douala. En 1911, selon le traité de Fès pour le règlement du différend sur le Maroc (voir article : Coup d'Agadir), les Français cédèrent une partie de leurs territoires d'Afrique équatoriale aux Allemands qui l'appelèrent immédiatement Neukamerun (" Nouveau Cameroun "). Les Allemands ont perdu leur colonie à cause de leur défaite pendant la guerre mondiale en 1918.

Au cours de la Première Guerre mondiale, lorsque le Cameroun a été conquis par les troupes franco-britanniques alliées des forces franco-britanniques, les troupes sont entrées à Yaoundé le 1er janvier 1916, mettant fin au règne de la colonie allemande. En 1922, la colonie allemande est alors divisée en deux territoires mandatés par la Société des Nations (SDN). La France en a reçu la plus grande partie ; précisément, les 4/5 qui sont devenus le Cameroun français et le reste a été donné au Royaume-Uni qui est devenu le Cameroun britannique. Chacun de ces deux pays gouvernait son pays comme il l'entendait ; la France adoptait la "politique d'assimilation" tandis que le Royaume-Uni adoptait la "règle indirecte".

LE CAMEROUN FRANÇAIS (1914 - 1946)

Le Cameroun français (Cameroun oriental) faisait partie de l'ancienne colonie allemande du Cameroun (en allemand : Deutsche Kolonie Kamerun) administrée par la France en 1916 (en pratique) mais en 1919 (de jure) à 1960 ; il fut d'abord reconnu comme "territoire mandaté" de la Société des Nations (SDN), puis comme "territoire fiduciaire" des Nations Unies (ONU), et aussi comme membre de l'Union française. Elle est devenue territoire associé, terrain en fidéicommis de l'Etat camerounais et enfin membre de la Communauté.

A l'instar de l'Est du Togo, le Cameroun n'a jamais été une colonie française au sens juridique du terme, même si le style colonial et les méthodes d'administration coloniale lui ont été appliqués.

Cette partie du Cameroun a été donnée à la France par la Société des Nations après la Première Guerre mondiale. Cette partie était la plus grande (431 000 km2), mais peu peu peuplée (environ 2 000 000 d'habitants).

La France pratique une politique d'assimilation comme elle le fait dans ses autres colonies. Ils ont établi le Cameroun en tant que Commissaire de la République Autonome, ce qui signifie un territoire intégré non FEA (Afrique Equatoriale Française).

Cette partie du Cameroun était alors dirigée par un Haut Commissaire et placée sous le régime colonial indigène pour permettre aux autochtones de régler eux-mêmes les problèmes qui les concernent à travers leurs autorités traditionnelles. La capitale du Cameroun français a été transférée à Yaoundé.

Les autorités françaises ont fait oublier au peuple camerounais qu'il n'avait jamais été sous protectorat allemand.  Ils ont commencé à leur apprendre à aimer la France et à devenir Français. Plusieurs mesures ont été prises pour atteindre cet objectif :

- Enseignement du français : L'enseignement du français a été mis en œuvre sur l'ensemble du territoire camerounais.

- Assimilation : Les autorités françaises ont imposé la législation française au Cameroun

- Développement économique : Un programme de développement des ressources économiques du Cameroun a été élaboré.

- Autorité : Le droit coutumier de la politique autochtone demeure la prérogative des chefs traditionnels, mais la France maintient une forte emprise sur le pouvoir judiciaire et la police.

- Développement médical : La gestion de la population comme dans Epidemic (par exemple, le cas du Dr. Eugene Jamot dans la lutte contre la maladie du sommeil) a également été exposé.

- Promotion des francophiles : Charles Atangana et d'autres dirigeants autochtones ont été invités à se rendre en France. Paul Soppo Priso a été promu président de la FCY (Jeunesse Franco-Camerounaise).

- Destruction des vestiges de l'infrastructure allemande : Les autorités françaises ont employé des personnes pour détruire tout le mark allemand restant et pour montrer leur hostilité envers toutes les populations germanophiles.

Les autorités coloniales françaises cultivaient des cultures de rente : plantations d'hévéas, cacao, bananes et huile de palme. La ligne de chemin de fer de Douala à Yaoundé, déjà commencée par les Allemands, est achevée. En outre, de nombreuses routes ont été construites pour relier les principales villes entre elles, et diverses infrastructures telles que des ponts et des aéroports ont été construites.

Dans la nuit du 25 au 26 août 1940, le capitaine Leclerc et 22 (vingt-deux) de ses hommes envahissent les marais de Douala qui relient le détachement du capitaine Louis Dio. L'armée régulière française au Cameroun qui avait planifié pour la cause de la France libre revenait de Fort-Lamy (Ndjamena-Chad) avec un détachement de tirailleurs sénégalais. Ils ont commencé la Légion du Cameroun, ancêtre de la 2ème Division Blindée. La ville et l'administration coloniale tombent aux mains du général Leclerc lors de leur ralliement au détachement du capitaine Louis Dio. Le 8 octobre, le général De Gaulle arrive à Douala pour préparer la conquête du Gabon.

LA TUTELLE (1945 - 1960)

Après la Seconde Guerre mondiale, l'ONU a changé le statut du Cameroun pour celui de protectorat, mais elle était toujours intégrée à la France comme les autres colonies françaises.

Dans les années 1940, les autorités coloniales encouragent la diversification agricole. Cela a entraîné l'émergence de nouvelles cultures de rente comme le café ou le coton dans le Nord. L'agriculture et l'exploitation forestière ont pris une nouvelle dimension avec de nouvelles voies de transport. Par l'accord de tutelle du 13 décembre 1946, le Cameroun français est devenu un " territoire sous tutelle ".

Le Cameroun français membre de l'Union française

Selon la Constitution française du 27 octobre 1946, le Cameroun français est devenu un "territoire associé", membre de l'Union française. Une union de droit international incluant la République française d'une part et les territoires et conditions qui lui sont associés d'autre part.

Le Cameroun français - Territoire associé

Le fait d'être un " territoire associé " plaçait le Cameroun français dans une position intermédiaire des " territoires d'outre-mer " de la République française, d'une part, et des " États associés ", d'autre part.

En tant que " territoire d'outre-mer ", le Cameroun français n'était pas considéré comme un État. En conséquence, elle n'était pas représentée au Conseil supérieur de l'Union française en vertu de l'article 65, premier alinéa, de la Constitution du 27 octobre 1946. Il a été réalisé sous la présidence du président de l'Union. Une délégation du gouvernement et de la représentation française demandant le droit de chaque partenaire d'être nommé président de l'Union a été présentée. C'est ainsi que le Cameroun français a été représenté au Parlement de la République française. La loi n° 46-2383 du 27 octobre 1946 relative à la composition et à l'élection du Conseil de la République a permis sa représentation au Bureau, faisant du Cameroun un " Etat associé " au lieu des " territoires d'outre-mer ".

Le Cameroun français est ensuite devenu une unité territoriale de la République française et membre de l'Union française. C'est ainsi qu'il a été représenté à l'assemblée de l'Union française. La Constitution du 27 octobre 1947 ne prévoyait pas la représentation du " territoire associé " à l'assemblée de l'Union française : L'article 66 prévoyait que l'assemblée de l'Union française, composée d'un nombre égal de membres représentant la France et d'un nombre égal de membres représentant le département des territoires d'outre-mer et des États associés. Mais la loi n° 46-2385 du 27 octobre 1946 sur la composition et l'élection de l'Assemblée de l'Union française lui assure une représentation à l'Assemblée de l'Union française.

En 1946, une Assemblée Représentative du Cameroun (ARCAM) est créée et Louis Paul Aujoulat et Alexandre Douala Manga deviennent députés à l'Assemblée nationale française.

Cette période est celle de l'ouverture de nouvelles écoles publiques et privées, ainsi que de plusieurs lycées dont le célèbre lycée Général Leclerc à Yaoundé.

Les autorités coloniales ont commencé à envoyer les meilleurs étudiants de Dakar en France pour poursuivre des études supérieures. A peu près à la même époque, l'électrification et l'approvisionnement en eau dans les grandes villes ont également commencé. En 1952, la congrégation changea de nom et devint l'Assemblée Territoriale du Cameroun (TACAM).

En 1955, l'UPC (Union des Populations Camerounaise), parti national d'inspiration marxiste, voulait l'unification du Cameroun britannique et français, ainsi que l'indépendance immédiate, a été interdit après des mouvements violents.

Le Cameroun français, Etat autonome

En 1956, la France accorde l'autonomie interne et l'assemblée devient l'Assemblée législative du Cameroun (LACAM).

En 1957, André Marie Mbida devient Premier ministre et Ahmadou Ahidjo vice-premier ministre. Par décret n° 57-501 du 16 avril 1957 portant statut du Cameroun, le gouvernement français de Guy Mollet a fait du Cameroun français un " territoire associé " dans un Etat sous le nom de " State Trust of Cameroon ".

Malgré l'intervention de Ruben Um Nyobe (leader de l'UPC), le nouveau gouvernement a refusé de lever l'interdiction de l'UPC et a décidé de se cacher. En 1958, Andre Marie Mbida a été forcé de démissionner et a été remplacé par Ahmadou Ahidjo. Um Nyobe est mort pendant cette bataille.

Vers l'indépendance

Le 12 juin 1958, l'Assemblée législative du Cameroun a pris une première résolution " affirmant l'option de l'Etat du Cameroun pour l'indépendance après la tutelle ".

Le 24 octobre 1958, l'Assemblée législative du Cameroun a adopté une deuxième résolution " déclarant notamment la volonté du peuple de voir l'Etat camerounais (tutelle) de l'accès du Cameroun à la pleine indépendance le 1er janvier 1960.

Démembrement d'un navire à destination de la Communauté

L'Union française a été dissoute par la Constitution française du 4 octobre 1958. En lieu et place de l'union française, le titre XII a été remplacé par le droit communautaire de l'Union comprenant la République française, d'une part, et certains de ses anciens territoires d'outre-mer, d'autre part.

Le Cameroun français n'a jamais été un Etat membre de la Communauté. Par Ordonnance n° 58-1375 du 30 décembre 1958 relative au statut du Cameroun, le gouvernement français Michel Debre a transformé l'"Etat sous tutelle du Cameroun" en "Etat du Cameroun".

Cessation de la tutelle

Le 1er janvier 1960, le Cameroun devient indépendant sous tutelle française et prend le nom de " République du Cameroun ". Le Cameroun est devenu la première des 18 colonies africaines à obtenir leur indépendance.

CAMEROUN BRITANNIQUE

Le Cameroun britannique était un territoire distingué de la Société des Nations confié à l'Empire britannique en Afrique centrale, actuellement divisé entre le Nigeria et le Cameroun. Le territoire a été administré par la colonie britannique de l'est du Nigeria jusqu'en 1954.

Les Britanniques segmentaient administrativement le territoire en deux régions, le Cameroun du Nord et le Cameroun du Sud. Le territoire était sous domination indirecte.

Les autorités autochtones (autorités autochtones) avaient la tâche de gérer les populations locales selon leurs coutumes, sauf lorsqu'elles étaient en contradiction avec les principes de la civilisation britannique. Les autorités britanniques ont déterminé les grandes orientations et laissé aux autorités autochtones le soin de les mettre en œuvre. En outre, les autorités britanniques ont maintenu une forte emprise sur le commerce, l'exploitation économique et les ressources minières ainsi que sur l'administration des Européens nationaux. En 1946, les anciennes plantations allemandes ont été rassemblées par les Britanniques dans une société appelée CDC (Cameroon Development Corporation). Le CDC a permis l'aménagement du port fluvial de Mamfe sur la rivière Manyo. L'exploitation forestière était répandue dans la région du sud-ouest.

Contrairement au Cameroun français, peu d'étudiants ont été envoyés étudier au Nigeria et au Royaume-Uni car l'enseignement au Cameroun britannique se faisait dans la langue locale (l'anglais).

Les Cameroons du Sud étaient divisés en quatre districts dirigés par un officier de district. Leurs capitales étaient Victoria (actuelle Limbe), Kumba, Mamfe et Bamenda.

En 1944, le Conseil national pour le Nigeria et le Cameroun (NCNC) a été fondé en tant que département de l'autonomie gouvernementale. Après la Seconde Guerre mondiale, le Cameroun britannique a été placé sous tutelle de l'ONU plutôt que sous mandat de la Société des Nations. En 1951, le Kamerun National Council (KNC) dirigé par le Dr Endeley a été fondé. En 1954, le Cameroun britannique adopte sa propre administration et établit sa capitale à Buea. En 1958, M. Endeley est devenu Premier ministre du "gouvernement autonome" du Cameroun britannique. Il a favorisé l'intégration avec le Nigeria, plutôt que l'unification de la ségrégation entre les deux Cameroun. L'opposition à l'intégration a créé le Kamerun National Democratic Party (KNDP) dirigé par John Ngu Foncha. En 1959, John NguFoncha est devenu Premier ministre.

L'ONU a obtenu un référendum qui a permis à la population de choisir entre l'intégration au Nigeria et la réunification avec le Cameroun français. Lorsque le Cameroun français et le Nigeria sont devenus indépendants en 1960, la question de savoir quoi faire avec les Cameroun et le Nigeria s'est posée.

Après de nombreuses discussions et un référendum de 1959 à 1961, il a été décidé que la région du Cameroun du Nord musulman serait rattachée le 31 mai 1961 au Nigeria, tandis que le Cameroun du Sud fusionnerait avec l'ancien Cameroun français (devenu indépendant le 1er janvier 1960 sous le nom de "République du Cameroun").

Le 1er juin 1961, le Kamerun Nord devint indépendant et rejoignit le Nigeria. Le 1er octobre 1961, le Sud Cameroun devient indépendant et rejoint la République du Cameroun pour former la RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE DU CAMÉROON.

INDÉPENDANCE 1940

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le Cameroun est placé sous la tutelle de l'Organisation des Nations Unies, qui en délègue l'administration à la France et à l'Angleterre.

L'adoption des Constitutions de 1946 et 1958 par la France a permis aux populations locales de participer à la gestion du pays, des assemblées locales ont alors été créées. Tout d'abord, l'Assemblée Représentative du Cameroun (RACAM) en 1946, devenue l'Assemblée Territoriale du Cameroun (TACAM) en 1952 et enfin, en 1956, la France a accordé l'autonomie interne au Cameroun français en faisant l'Assemblée législative du Cameroun (LACAM).

Outre l'adoption, les Camerounais élus ont été envoyés en France pour représenter leur pays à l'Assemblée nationale française, à l'Assemblée de l'Union française et au Conseil économique. C'est aussi le début des syndicats indigènes.

Pendant l'entre-deux-guerres, la question de la proposition d'indépendance fut à nouveau posée par l'UPC (Union des Populations Camerounaises) formée le 10 avril 1948 à Douala. Elu Secrétaire général de l'UPC en novembre 1948, Ruben Um Nyobe devient la figure de proue du mouvement. Bien que les autorités coloniales aient publiquement qualifié l'UPC de "communiste", la police française a été obligée d'observer les rapports secrets selon lesquels Um Nyobe était un homme d'exception.

La pétition pour l'indépendance du Cameroun a été rejetée par les autorités françaises et par les autorités du pays. Suite à la Conférence de Brazaville, ils ont créé l'Association des Colons du Cameroun (ASCAM) le 15 avril 1945 afin de défendre leurs intérêts et d'empêcher le progrès social contrôlé par les syndicats. De violentes batailles ont eu lieu entre les membres les plus radicaux des colons et les indigènes en septembre 1945. Selon les rapports trouvés par les auteurs de "Kamerun'', de nombreux Camerounais ont été abattus dans le dos avec des fusils à cette occasion.

Ayant réussi à s'emparer de la " lutte des colons ", l'administration coloniale a favorisé la création de partis politiques opposés à l'UPC comme l'ESOCAM (Evolution Sociale du Cameroun), l'INDECAM (Coordination des Independants Camerounais) etc. Favorisés par la fraude électorale, ces "partis administratifs" ont empêché l'UPC d'avoir la majorité à l'assemblée territoriale. Il faudrait un livre pour compléter l'identification des forces qui collaborent avec le pouvoir de combattre notre organisation pour commenter Um Nyobe en 1954.

1950

En mai 1955, de violentes manifestations ont entraîné la mort de nombreux Camerounais. L'UPC a alors été accusée d'avoir organisé la guerre et le gouvernement français au Conseil des ministres a décidé d'interdire l'UPC et ses branches faisant alors assiéger l'UPC.

Peu après la création de la loi Gaston Defferre, une tutelle de l'Etat (gouvernement autonome camerounais), André Marie Mbida est nommé chef de l'Etat et Premier ministre de ce gouvernement. Pierre Messmer, Haut Commissaire du Cameroun (représentant le gouvernement français) a cherché un compromis avec Ruben Um Nyobe, un dirigeant de l'UPC pour mettre fin à leur violence. Cette approche a été rejetée par le dirigeant de l'UPC et la violence s'est aggravée de mauvaise en pire.

Ce refus du dialogue a conduit le gouvernement français à trouver le chemin de l'indépendance sans l'UPC. André Marie Mbida n'était pas d'accord avec cela et démissionna en 1958. Ahmadou Ahidjo a ensuite été nommé Premier ministre. Ruben Um Nyobe fut tué par l'armée française lors d'une bataille dans le "Maquis Bassa" le 13 septembre 1958, puis les dirigeants de l'UPC s'enfuirent à l'étranger.

Le 1er janvier 1960, Ahmadou Ahidjo a finalement déclaré : "Chers camerounais, le Cameroun est libre et indépendant. Le Cameroun s'est alors doté d'une constitution promulguée dans le but d'instaurer un système pluraliste et multipartite.

Selon l'historien Bernard Droz, les événements de 1955 à 1959 ont entraîné la mort de dizaines de milliers de personnes, à la suite des luttes intestines coloniales et militaires de répression de l'UPC. L'historien Marc Michel, qui avait étudié la question spécifique de l'indépendance du Cameroun, a déclaré que la plupart des combats ont eu lieu après l'indépendance. Il estimait que " très probablement, la guerre avait fait dix mille morts, principalement des victimes de la guerre civile après l'indépendance ".

 

Le Cameroun sous administration britannique

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le Cameroun est placé sous administration britannique et voit l'émergence de mouvements de ségrégation et de réunification.

En mai 1949, le Dr Emmanuel Endeley crée la Fédération nationale du Cameroun (CNF) qui lutte pour l'indépendance et la séparation du Cameroun britannique de la fédération nigériane.

Les dissidents du CNF ont fondé le Kamerun United National Congress (KUNC), jugeant le CNF trop prudent en la matière. La proposition de KUNC est simple : la restauration du "grand Kamerun" de l'époque de l'empire colonial allemand. Dans le même temps, l'UPC a également été rétablie dans le sud du Cameroun britannique.

En 1953, la FCEN et la KNUC ont fusionné pour former le Kamerun National Congress (KNC) qui remportera les élections de 1953. Ces partis politiques autonomes ou indépendants étaient dirigés par les autorités britanniques qui ont modifié les institutions après la "conférence Mamfe" en 1950 et la conférence de Lancaster House en 1959 sous les auspices de l'ONU.

En 1954, le Cameroun britannique adopte sa propre administration et établit sa capitale à Buea, dans le sud-ouest du Cameroun.

En 1958, M. Endeley est devenu Premier ministre de l'" autonomie gouvernementale " du Cameroun britannique. En 1959, John Ngu Foncha devient Premier ministre du Cameroun britannique.

Pour résoudre définitivement le problème de l'indépendance et de la réunification, les autorités britanniques ont consulté le peuple par référendum. La consultation a eu lieu le 11 février 1961 et l'option pour l'indépendance avec la réunification des deux Cameroun a prévalu dans le Sud Cameroun, tandis que le Nord Cameroun proposait son intégration dans la fédération nigériane.

Le Cameroun français indépendant s'est plaint de fraude et a affirmé que les camerounais du Nord devraient également y être rattachés.

Le Cameroun français a accédé à l'indépendance le 1er janvier 1960 et est devenu la République du Cameroun, immédiatement reconnue par les États-Unis d'Amérique et l'Union soviétique. Les élections sur le territoire sous domination française ont été marquées par des émeutes ethniques, notamment au sein de l'ethnie Bamileke. Différents groupes ethniques luttaient pour leur indépendance.

En juin 1961 à Bamenda, en juillet 1961 à Fumban et enfin en août 1961 à Yaoundé, les représentants de l'ex-Cameroun et du Cameroun méridional se sont réunis pour régler les détails de la réunification.

La colonie britannique a ensuite été divisée en deux après un référendum d'autodétermination. La région du Nord, principalement musulmane, a choisi d'intégrer le Nigeria, tandis que la région du Sud, principalement chrétienne, a choisi de rejoindre la République du Cameroun.

Le 1er juin 1961, le Cameroun Nord devint indépendant et rejoignit le Nigeria. Le 1er octobre 1961, le Cameroun méridional devint également indépendant et fut immédiatement réuni avec l'ancien Cameroun français. Ils ont ensuite formé la République fédérale du Cameroun. John Ngu Foncha devient Premier ministre de l'Ouest du Cameroun et Vice-président de la République fédérale du Cameroun.

République fédérale du Cameroun

Ahmadou Ahidjo a été élu président du Cameroun le 5 mai 1960. Le 1er octobre 1961 a donné naissance à la République Fédérale du Cameroun à la suite de la réunification du Cameroun français et du Cameroun austral britannique. Deux étoiles ont été ajoutées sur le drapeau français du Cameroun pour symboliser la fédération.

En 1962, le franc CFA est devenu la monnaie officielle du pays (dans les deux zones). La même année, un décret du gouvernement a été pris et a fortement réglementé les partis politiques.

Pendant cette période, une forte répression a été menée dans les pays occidentaux contre les guérillas de l'UPC. Cette guerre a entraîné la mort de milliers de Camerounais. Selon François-Xavier Verschave, des soldats français ont participé à l'opération qui a conduit au " génocide ". Bien que la plupart des livres d'histoire sur le Cameroun ne mentionnent pas cette version en général. Selon les dirigeants de l'UPC au début des années 1980, les troupes camerounaises ont enregistré des "milliers" de morts. Mongo Beti en 1982 parlera des milliers de victimes disparues de "Black Pinochet" ; (Ahidjo).

En janvier 1962, lorsque les deux ailes de l'UPC se réunirent à leur premier congrès après réhabilitation, Ahidjo envoya son armée pour y mettre fin. Les membres ont ensuite été dispersés à l'aide de baïonnettes. Après l'appel du 27 avril 1962, le député et ancien chef de l'Etat André-Marie Mbida et d'autres leaders de l'opposition comme Bebey-Eyidi (secrétaire général du Parti travailliste camerounais), Okala Charles, René Guy (secrétaire du Parti socialiste camerounais) et Théodore Mayi-Matip (Union des populations du Cameroun - UPC) sont arrêtés, faisant de Mbidat le premier détenu politique du Cameroun indépendant du 29 juin 1962 au 29 juin 1965.

En avril 1964, Mbida Margaret Mbida Margaret, 36 ans, épouse du prisonnier politique André Marie Mbida, condamné à trois ans de prison, apparaît en tête de liste du PDC (Parti Démocrate Camerounais) aux élections d'avril 1964. Le PDC est le seul parti politique à avoir osé représenter l'opposition à ces élections. Les leaders d'opinion camerounais de l'époque étaient soit en exil, soit en prison. Les résultats de ces élections, selon des sources fiables, ont donné une victoire massive au PDC dans ce qu'on appelait alors la région de Nyong et Sanaga. Cette victoire électorale devait être confisquée au nom de l'unité nationale et au nom du parti unique créé. Les électeurs se sont vu refuser leur victoire exprimée en votes volés lors de cette élection. Le gouvernement camerounais de 1964 a envoyé la police dans les villages pour faire arrêter et déporter massivement les manifestants dans les fameux camps de concentration de Mantoum, Tcholliré et Mokolo.

Le 1er septembre 1966, Ahmadou Ahidjo a fusionné tous les partis politiques de l'Ouest du Cameroun à l'exception du PDC et de l'UPC - et certains partis de l'Est du Cameroun ont formé le Cameroon Union (CU), un projet de parti unique. Elle a ensuite été rebaptisée Union nationale camerounaise (CNU). Tout devait être mis en œuvre pour réaliser l'État unitaire et mettre fin au fédéralisme.

 Après l'indépendance, l'UPC a repoussé le pouvoir, insinuant que l'indépendance accordée par les Français était une façade (terminée plus tôt par Mbida quand il a refusé de rejoindre le gouvernement Ahidjog) et qu'Ahmadou Ahidjo était un serviteur du règlement, et qu'il fallait donc le combattre. Les dirigeants de l'UPC ont donc déclenché une révolte au moment de l'indépendance pour tenter une conquête du pouvoir. Il y a eu beaucoup d'excès et la rébellion a rapidement conduit à l'augmentation des vols et des gangs. Cette insurrection est réprimée par Ahmadou Ahidjo, aidé par des conseillers militaires français. Les dirigeants de l'UPC en exil seront tués l'un après l'autre, comme le Dr Felix Moumie empoisonné à Genève (Suisse). Le dernier d'entre eux est retourné au Cameroun pour organiser la lutte armée de l'intérieur. Ernest OUANDIE a été arrêté et jugé dans le procès OUANDIE-Ndongmo. Ouandie a été condamné à mort et a été abattu le 15 janvier 1971.

Révolte et répression

En avril 1964, Marguerite Mbida apparaît en tête de liste du PDC aux élections d'avril 1964. Le PDC est le seul parti politique à avoir osé présenter ces élections. Les leaders d'opinion camerounais de l'époque étaient soit en exil, soit en prison. Les électeurs du PDC ont démontré que leur victoire avait été volée lors des élections. Le gouvernement camerounais de 1964 a envoyé la police dans les villages et les manifestants ont été arrêtés et envoyés dans les fameux camps de concentration de Mantoum, Tcholliré et Mokolo.  Le gouvernement Ahmadou Ahidjo a poursuivi la lutte contre l'UPC et sa branche armée (KNLA). Il a signé des accords de défense avec la France, le personnel français était responsable de l'organisation, de la supervision et de l'instruction des forces armées camerounaises." Cela a déclenché une émeute sanglante et violente dans la région de Bamileke et Bassa.

Controverse sur le nombre de victimes

Quant au nombre de victimes impliquées dans cette atrocité, les opinions divergent. Le pilote d'hélicoptère français Max Bardet, qui opérait au Cameroun à l'époque, aurait commis ce génocide déclaré : "En deux ans, l'armée a pris le pays de Bamileke du sud au nord, et l'a complètement dévasté. Ils ont tué environ trois ou quatre cent mille Bamileke et ont rendu ce groupe presque éteint. Des lances contre les armes automatiques, Bamilékés n'avait aucune chance. Les villages avaient été saccagés. Comme Attila, "Tu viens, tu ne quittes rien". Peu de Français sont intervenus directement, j'en ai connu trois ou quatre, c'est tout".

En 2001, l'écrivain camerounais Mongo Beti a déclaré : "Les estimations allaient d'aussi peu que soixante mille morts. Les chiffres ont été brandis par les dirigeants officiels, pour enregistrer quatre cent mille statistiques, comme le prétendent les dirigeants nationalistes radicaux. C'était bien connu, les bourreaux minimisaient toujours car les victimes MAXIMISaient toujours".

Cependant, l'historien Marc Michel, qui avait étudié la question spécifique de l'indépendance du Cameroun, a déclaré que la plupart des combats ont eu lieu après l'indépendance. Il estimait que " très probablement, la guerre a fait des dizaines de milliers de victimes, pour la plupart des victimes de la guerre civile après l'indépendance ".

Pour l'historien Bernard Droz, auteur d'un livre sur la décolonisation, les événements de la période de 1955 à 1959 seront de l'ordre de dizaines de milliers de morts, qu'il s'agisse de répression militaire coloniale ou de luttes internes avec l'UPC. Les manuels d'histoire des écoles camerounaises parlent de ces événements comme d'une "dure répression".

La désinformation et le déni des agitateurs à ces événements sont surtout marqués par les périodes qui précèdent et qui suivent l'indépendance. Certains groupes ethniques ont tenté de s'affilier à la victimisation en tant que groupe affecté par cette lutte, alors qu'en réalité, tout le peuple camerounais était impliqué.

 

Contemporain

En 1972, la République fédérale a été remplacée par un État unitaire. Ahmadou Ahidjo a remporté les élections de 1975 et 1980. C'est en novembre 1982 qu'il démissionne pour "raisons de santé" et est remplacé par l'ancien Premier ministre, Paul Biya, chrétien du Sud. Ahidjo regretta plus tard son choix et, après un coup d'état raté de ses partisans, il fut contraint à l'exil en 1984.

Le règne d'Ahidjo date de (1960-1982) - La République Fédérale du Cameroun

Ahmadou Ahidjo a été élu président du Cameroun en 1960 et John Ngu Foncha est devenu son vice-président. En 1961, lors de l'unification du Cameroun britannique et du Cameroun français, le pays est connu sous le nom de " République fédérale du Cameroun ". Ils ont ajouté deux étoiles sur le drapeau du Cameroun français pour symboliser la fédération. En 1962, le franc CFA est devenu la monnaie officielle du pays dans les deux régions.

Le multipartisme a été interdit, et le parti unique a été appelé CNU (Cameroon National Union). En 1970, Solomon Tandeng Muna est remplacé par A.N. Jua comme premier ministre britannique du Cameroun et est élu vice-président de la République fédérale.

RépubliqueUnie duCameroun

Le 20 mai 1972, le Président Ahidjo a organisé un référendum pour mettre fin au système fédéral en vigueur jusqu'alors. Le référendum a été largement gagné le 20 mai, date à laquelle est devenue la fête nationale d'un nouveau Cameroun désormais appelé " République Unie du Cameroun ".

Dans le même temps, le Président Ahidjo a adopté la nouvelle doctrine économique du Cameroun, le " libéralisme planifié ", qui a été mis en œuvre quelques années plus tard comme un moyen de surendettement du pays.

La création du poste de Premier ministre

Le Président Ahidjo a organisé un nouveau référendum pour réviser les constitutions de 1975. Il a gagné le référendum. La révision a permis la création du poste de Premier ministre et Paul Biya, un jeune chrétien du Sud, a été nommé.

C'est en novembre 1982 qu'il démissionne pour "raisons de santé" et est remplacé par l'ancien Premier ministre Paul Biya. Ahidjo regretta plus tard son choix et, après un coup d'état raté de ses partisans, il fut contraint à l'exil en 1984.

L'empire de PaulBiya (de 1982 à aujourd'hui) - La prise de contrôle et la modernisation

Paul Biya, nouveau président camerounais nommé par le Premier ministre Bello Bouba Maïgari avant de démettre de ses fonctions le Premier ministre un an plus tard. Cette révolution de palais a mis fin à un régime que l'on reprochait à l'exécutif, assisté d'un parti unique qui avait mal encadré la population, d'avoir trop de pouvoir.

Le 4 février 1984, le pays a été rebaptisé "République du Cameroun" après une révision de la Constitution adoptée par l'Assemblée nationale.

Libéralisation

Le Président Biyamade tente de remédier progressivement aux maux créés par ses prédécesseurs en renouvelant complètement les cadres et les structures du parti unique et en le rebaptisant Mouvement démocratique populaire du Cameroun (RDPC) en 1985. Il a même réussi à gagner certains de ses adversaires à ses côtés. L'ouverture a également été marquée lors des élections municipales multipartites d'octobre 1987 sous l'égide du parti unique. Quelques mois plus tard, Biya a été réélu président, tandis que presque tous les députés ont été battus par de nouveaux venus au Parlement.

Cependant, avec les affrontements violents entre les étudiants et la police à Yaoundé en décembre 1987, la situation économique s'est aggravée et une série de troubles sociaux a éclaté en 1989. Le 5 décembre 1990, l'Assemblée nationale a adopté une série de lois visant à contrôler la création de nouveaux partis, alors que la Constitution prévoyait explicitement le multipartisme. Plusieurs partis "proches du pouvoir" ont été reconnus sans problème, mais la plupart des partis d'opposition dans le pays ou en exil, ont refusé de soutenir ce "multipartisme sous contrôle".

A partir du mois d'avril 1991, les opérations "villes mortes", les émeutes et les protestations se répandent dans tout le pays. Afin de résoudre la crise politique, le Président Paul Biya a rétabli le poste de Premier ministre, annoncé les élections et la réforme constitutionnelle. Face à cette situation de chaos, l'état d'urgence a été déclaré avec la création en mai 1991 de "commandants militaires opérationnels" pour pacifier le pays. Le Président Biya annonce les élections législatives du 16 février 1992, le Premier ministre Sadou Hayatou ouvre le 30 octobre 1991, la "tripartite" (gouvernement-opposition-population) destinée à définir le cadre électoral et l'accès aux conférences de presse publiques. L'opposition a été divisée en partisans avant une conférence nationale et en partisans d'une participation immédiate à la compétition électorale.

En 1992, des élections présidentielles multipartites ont eu lieu. Paul Biya a été réélu président (39,9%) de John Fru Ndi (35,9%), candidat du Front Social Démocrate (SDF). Les résultats ont été très compétitifs, suite aux protestations et incidents dans la région de Bamenda. En conséquence, l'état d'urgence a été déclaré. Les premières élections municipales multipartites ont eu lieu le 21 janvier 1996. Le RDPC a porté 65% du district urbain mais a perdu les grandes villes stratégiques comme Douala au profit du SDF. Le 10 février 1996, le peuple Sawa Douala a protesté contre la nomination de maires non saouas dans les conseils de district, qui a été remportée par le SDF comme convenu.

Le 27 février 1996, un décret présidentiel a mis en place une douzaine des plus grandes villes du "régime spécial des quartiers urbains", dont la plupart ont été remportées par l'opposition pour prendre le pouvoir dans les mairies. L'opposition l'a fermement condamné et a lancé en mai 1996, les opérations de "villes mortes" n'ont pas été relativement suivies par la population.