You are here: HomeNewsRegions2015 10 02Article 332231

Regional News of Friday, 2 October 2015

Source: Cameroon-Tribune

L'eau potable coule enfin à Bandja après des décennies


Click to read all about coronavirus →

Composée de plusieurs milliers d’habitants, le périmètre urbain de la commune de Bandja est désormais alimenté grâce à une adduction d’eau par système gravitaire construite en plusieurs mois à l’initiative des pouvoirs publics camerounais. C’est un ouf de soulagement pour les populations qui sortent d’un sevrage ayant duré des décennies….

Ce mercredi 30 septembre 2015 de l’eau potable coule sur une borne située à l’entrée de l’allée menant au plateau administratif. Il est plus de 15 heures. C’est avec beaucoup de fierté qu’un vigile en service d’un établissement de micrfinance de la place se ravitaille à la borne fontaine. Après, c’est une dame qui y vient pour remplir son récipient d’eau potable.

Par la suite des enfants en horde se massent devant l’outil qui sert de l’eau…. Comme la majorité des habitants du périmètre urbain de Bafang, ces personnes tirent un coup de chapeau à l’équipe municipale conduite par Barthélemy Djimgou. Ce maire qui n’a lésiné sur aucun moyen pour faire couler de l’eau potable à Bandja.

Après plusieurs tentatives soldées par des échecs lors des précédentes mandatures des anciens maires de la commune de Bandja. Donc Barthélemy Djimgou croit avoir réussi à contribuer à l’amélioration de la qualité de vie des populations de Bandja. Car il est de ceux qui pensent que «l’eau c’est la vie ». La cérémonie de réception technique et provisoire de l’ouvrage ne s’est pas encore tenue.

Adduction en eau potable

La source de captage située au pied des montagnes de Balako permet d’alimenter la dizaine de bornes fontaines installées au centre de la ville. L’hôpital de district de Bandja, la mairie, le domicile du sous-préfet et autres services publics devrait être raccordées au réservoir du château situé au plateau administratif de Bandja. Des particuliers pourraient aussi connectés leurs résidences à ce point de conservation et de traitement des eaux captés à Balako.

Rappelons que cette adduction en eau potable a été réalisée dans la cadre du Budget d’investissement public(Bip). Il a été piloté pendant des mois par le maire Barthélemy Djimgou comporte, entre autres, la mise en place de systèmes d'adduction d'eau gravitaires à partir des montagnes du village Balako et le traitement de l’eau dans un château logé au niveau du périmètre urbain de Bandja.

Le projet comportait donc plusieurs volets : d'abord la mise en place de systèmes d'adduction d'eau gravitaires à partir des montagnes du village Balako et le traitement de l’eau dans un château logé au niveau du périmètre urbain de Bandja et parallèlement la construction des bornes fontaines.

Des tuyaux de canalisation ont été installés pour faire circuler sur prés de 07 kilomètres. Tous ses aspects ont déjà été réalisés. Ce qui complète les d'infrastructures sanitaires propres et adéquates qui servent de toilettes publiques. Les services publics, notamment la sous-préfecture et la mairie, entre autres, sont connectés au réseau de distribution bâti sur un linéaire de 7,5 km.

Le projet conduit à terme sur plusieurs par une entreprise camerounaise, et évalué à prés de 60 millions de francs Cfa. «Même en période d’étiage la ville sera alimentée», a assuré un expert en question hydraulique. Selon des ingénieurs, cette adduction d’eau construite avec un système gravitaire a un fonctionnement autonome qui ne dépend pas de l’énergie électrique et du carburant.

Le point de captage étant au sommet

Elevée en altitude, la pression serait donc assurée pour au moins 25 ans dans le périmètre urbain de Bandja. Pour Barthlemy Djimgou, l’eau qui coule de la montagne est de très bonnes qualités. « Des études ont été menées. Ce n’est pas un hasard si nous sommes allés titrer cette eau des montagnes de Balako.

Le point de captage étant au sommet d’une montagne qui s’élève à prés de trois kilomètres, il est constant que cette eau ne va jamais tarit quelque soit la consommation des ménages. Mais nous tenons à une gestion rationnelle de l’eau », explique-le maire de la commune de Bandja.

Mais cette avancée en matière d’adduction en eau potable inscrit dans le cadre du budget d’investissement public (Bip) 2015 à hauteur de 52 millions de francs Cfa n’est possible que grâce à l’intervention de Barthélemy Djimgou, maire de la commune de Bandja. Celui-ci à autoriser le déblocage de prés de six millions de francs Cfa des fonds de cette municipalité en vue de permettre l’installation d’une station de traitement de cette eau tirée des montagnes de Balako.

Barthélemy Djimgou "L’eau potable favorise l’afflux des investisseurs"

Le maire de la commune de Bandja pense qu’au-delà d’être une source de bonne santé pour les populations de Bnadja ville, cette adduction en eau potable devra servir de catalyseur pour le développement économique de la localité.

Il s’agit d’une bouffée d’oxygène. Cela va favoriser un afflux des investisseurs et de nouveaux habitants. Depuis plusieurs années, la mairie s'est fixé pour objectif d’offrir des accès à l'eau potable à tous ses habitants et pour toutes les activités pratiquées dans les lieux publics.

Elle a engagé une démarche à la fois de réouverture et d'ouverture de bornes-fontaines en centre-ville, que ce soit à proximité des bâtiments administratifs et culturels ou des marchés. Les populations ont un accès facilité à l'eau potable dans les lieux publics sur tout le territoire de la commune et toute l'année. Les bornes-fontaines sont ouvertes en permanence. Le coût d'une borne-fontaine reste peu élevé et la consommation modérée.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter