You are here: HomeNewsReligion2019 05 06Article 462501

Religion of Monday, 6 May 2019

Source: Sans Detour No 296

Coût du Hadj 2019: troublante polémique autour de la hausse

En prélude à ce grand événement religieux qui draine des millions de fidèles musulmans vers la Mecque, le ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji, avait annoncé, le 30 avril 2019, que le coût du Hadj pour la saison 2019 ne connaîtra pas de flambée mais une légère augmentation suite au cours élevé du dollar et à la décision des autorités saoudiennes d’augmenter les frais de transport de plus de 300%.

Il est on ne peut plus étonnant que certains manœuvriers maladroits de l’ombre veuillent aujourd’hui mettre de l’eau dans le gaz entre le ministre Paul Atanga Nji, président de la Commission nationale du Hadj et les candidats au pèlerinage. Ceci après la publication, le 30 avril dernier, du communiqué du Minat informant la communauté musulmane que le prix du Hadj 2019 s’élève à 2 529 000 Fcfa. «Contrairement à l’année 2018, le prix du Hadj 2019 connaît une légère augmentation due notamment à la combinaison de deux principaux facteurs indépendamment de la volonté de la Commission nationale du Hadj, à savoir : le cours élevé du dollar et une hausse significative du prix du transport par autobus décidée par les autorités saoudiennes», précise le communiqué radio-presse N° 00000024 Crp/Minat/Sg/Dap.

Avec ces explications du Minat déterminant à suffisance les raisons de cette augmentation, l’on comprend aisément que ce n’est pas que le Cameroun qui devrait procéder à l’augmentation du prix du Hadj. Étant donné que le gouvernement saoudien compte prélever 5% sur toutes les dépenses du Hadj, les gouvernements de tous les pays ont décidé de partager ce surplus avec les pèlerins. Cette légère hausse de prix orchestrée par les Saoudiens devrait donc être équitablement répartie à tous les pays qui prendront part au pèlerinage. Au Cameroun, le chef de l’État Paul Biya, comme d’habitude, accorde d’autres avantages cette année, à l’instar de l’acquisition d’hôtels d’hébergement, à quelques minutes du site de prière.

Pour le moins, les inscriptions au pèlerinage qui sont ouvertes, depuis, le 30 avril 2019 au guichet unique Hadj, s’arrêteront le 25 mai 2019. «Toutefois, si le quota de 2 839 pèlerins inscrits est atteint avant la date du 25 mai 2019, le guichet unique sera fermé automatiquement», prévient le ministre Paul Atanga Nji. Le quota attribué au Cameroun par le royaume d’Arabie saoudite pour le Hadj 2019, est de 2 839 pèlerins. Soit une augmentation de 350 places. Ce qui n’est autre que le résultat des plaidoyers engagés par le gouvernement camerounais pour améliorer l’organisation du voyage en terre sainte. Ces efforts du gouvernement camerounais avaient été salués par le gouvernement saoudien l’année dernière, au grand bonheur des fidèles musulmans.

Pour cette année, le Cameroun a, par exemple, pu obtenir que les pèlerins, lors de l’étape de Médine - deuxième ville sainte en l’Islam, séjournent dans un hôtel situé à seulement 400 m de la mosquée du Saint prophète Mohammed. Ce qui fera quatre minutes de marche à pied, alors que, dans le passé, les fidèles camerounais faisaient plus d’une heure de marche. Ceci avait d’ailleurs été rappelé aux encadreurs des pèlerins par Paul Atanga Nji lors de la rencontre du 15 avril 2019, en rapport avec les préparatifs du Hadj 2019 en Arabie Saoudite.

Pour ce qui est des enregistrements biométriques, des guichets ont été créés dans le septentrion et dans la région du Centre, pour faciliter le processus, comme cela avait été le cas en 2018. Les formalités de prélèvement des spécificités biologiques en vue de l’obtention du visa d’entrée au royaume d’Arabie saoudite ont été supprimées. Le transport des pèlerins sera assuré par la compagnie aérienne Ethiopians Airlines. D’après la Commission nationale du Hadj, le premier vol en direction de la Mecque pourrait avoir lieu le 29 juillet 2019 et le retour le 24 août 2019.