You are here: HomeCountry

Groupes ethniques

La longue extension sud du Cameroun, couplée à sa vaste étendue d'environ 475 000 Km2, fait que sa diversité ne se limite pas seulement à son milieu naturel. Il y a une grande diversité de personnes et de groupes ethniques au Cameroun. Cela explique pourquoi il existe une multitude de langues locales. En 1964, plus de 206 groupes ethniques ont été identifiés. Vers la vaste zone forestière, sur le plateau occidental et dans la région côtière, vivent les Pygmées et les Bantous. On pense que les pygmées sont les plus anciens colons du Cameroun. Le nord est caractérisé par la population " Kirdis " (c'est-à-dire non-musulmane) ainsi que par d'autres descendants de la civilisation sao. Du nord vers le sud se termine dans les collines et les plateaux au pied desquels vivent les Fulbe. Cette diversité est marquée par une variété de comportements, d'activités, de cultures et de langues. Cela n'a cependant pas influencé le sentiment d'unité et de paix au Cameroun. Il s'agit plutôt d'un avantage politique en ce sens qu'aucun groupe ne domine totalement le territoire en termes de nombre.

Principaux groupes raciaux

L'histoire orale montre que les Camerounais sont originaires de diverses régions géographiques. Les principaux groupes identifiés sont les pygmées, les négritiques et les soudanais. Certains groupes ont conservé pendant une longue période un degré élevé d'homogénéité en raison de mariages restreints au sein de leur lignée ou de leur clan. C'est le cas de l'Elog Mpoo de la Sanaga et des basses vallées du Nyong. Dans la région de Bameleke, plusieurs lignées royales conservent leur homogénéité en ne se mariant qu'au sein de cette distribution. Et pendant la succession d'un leader, dans la plupart des cas, il y a une assurance que le successeur est un pur descendant du même groupe. Un bon exemple en est la dynastie Bamun fondée par Nchare au XVIIe siècle. La plupart des clans ont adapté au fil du temps des stratégies qui ont longtemps préservé leur lignée et limité les mariages mixtes.

Certaines communautés pratiquent l'endogamie au niveau familial. C'est le cas des Mkako qui occupent les vallées de la Kadei et de la Doume à l'Est. La plupart des petits groupes avaient tendance à se marier entre eux ou dans des quartiers proches ; se marier hors de ce contexte n'était qu'une question de recherche d'un compagnon supplémentaire pour ceux qui pratiquent la polygamie ; ces pratiques, associées au fait que les clans qui ont ensuite pris naissance vivent dans les mêmes lieux géographiques, rendent l'identification des personnes du même groupe facile. Certaines personnes réussissent à identifier des personnes de différents groupes simplement en regardant leur apparence physique qui révèle une certaine unicité dans la plupart des cas. Par exemple, il y a une nette différence entre un basaaa/mpoo et un fulbe ou un pygmée. La situation a beaucoup changé aujourd'hui ; dès les XVIIIe et XIXe siècles, plusieurs situations ont conduit au métissage des races. C'est le cas des familles qui ont adopté des enfants d'autres clans et d'autres qui possédaient des esclaves. Progressivement, ces personnes se sont assimilées à leur nouvel environnement, ce qui leur a fait oublier totalement leurs origines initiales et donc s'adapter à leur nouvel environnement. Même les Mpoo qui étaient auparavant félicités pour leur homogénéité ont réalisé certaines de ces pratiques et avec le temps ont connu un mélange de leur lignée. Ils possédaient des esclaves (ntobene) et des personnes adoptées (bansosole) et parfois ils avaient beaucoup d'estime pour les étrangers qu'ils considéraient parfois comme des personnes ayant des pouvoirs spirituels.

Parmi les Vute d'aujourd'hui, la région de Mbam a connu un mélange de leur race quelque temps dans l'histoire en raison de leur proximité avec les Fulbes. Ces derniers étaient réputés pour leurs raids constants sur les communautés voisines et les Vute étaient une cible facile. Cependant, le zèle à rester fort et souverain a été une motivation majeure pour le Vute qui a riposté, capturé des esclaves et utilisé certains comme soldats dans leurs guerres. Les éléments forts et physiquement bien construits s'intégraient facilement dans la société, se mariaient et donnaient naissance à des enfants, tandis que les autres restaient simplement esclaves toute leur vie et se mariaient entre eux et donnaient naissance à des enfants qui étaient pleinement intégrés et considérés comme de purs Vute.

Ces phénomènes du XIXe siècle sont responsables de l'hétérogénéité de ce groupe. Les groupes ethniques qui ont maintenu un haut degré d'homogénéité sont les pygmées et les Mbororo. Les pygmées ne se marient guère entre eux ; dans certains cas, cependant, ils se marient avec d'autres groupes ethniques de l'Est. C'est fréquent chez les femmes qui vivent chez elles et qui sont adoptées dans un autre clan. Leurs enfants sont cependant absorbés dans l'autre clan. La situation inverse ne s'est guère produite ; les gens donnaient à peine leurs filles à des hommes pygmées. La situation est presque la même pour les deux sexes chez les Mbororos ; celle d'un mariage à peine intermariable dans d'autres clans. Ils vivent le plus souvent dans de petites sociétés sur le plateau d'Adamawa et dans certaines parties du plateau occidental. Les deux clans sont aujourd'hui marginalisés et forment l'un des groupes les moins instruits du pays. en raison de l'amélioration du système de transport à travers le pays, les gens ont tendance à migrer et à s'installer dans des lieux totalement différents de ceux de leur origine. Ces mouvements et ces établissements ont conduit à des mariages mixtes et à la disparition de certaines caractéristiques dans plusieurs communautés aujourd'hui. Il n'est donc pas facile d'établir une frontière nette entre les groupes ethniques au Cameroun.

Groupes linguistiques

Plus de 253 langues locales sont parlées au Cameroun. Au nord de l'Adamawa se trouvent les grands groupes de langues suivants : Les langues du Sahara, de l'Adamawa et de l'Atlantique Ouest. Les habitants du plateau occidental qui parlent des langues semi-bantu sont une indication du lien entre les civilisations bantoue et soudanaise. Il est prouvé historiquement qu'un groupe d'immigrants Mbam venus au Cameroun a créé une dynastie prestigieuse aux 16ème et 17ème siècles. Vers le milieu du 19ème siècle, les caravanes Tchamba venant de la vallée de Faro traversèrent la région de Banyo et attaquèrent les chefferies occidentales avant de s'installer dans la plaine de Bali et Ndop. Le résultat de cet événement historique est que les langues sont maintenant réduites à deux groupes : Les pelouses de l'ouest et les groupes Mbam-Nkam. Un autre grand groupe de langues est celui des Gbaya et des Yangere qui forment ensemble la famille Ubangi. Vers le centre du Cameroun, il y a les chefferies Tumu ou Tikar avec leurs langues et les langues Vute et Mambila. Il est cependant important de noter que même au sein d'un même groupe ethnique, il existe différents dialectes. C'est pourquoi, dans les régions de la Bafia, des monts Mandara et du Plateau occidental, plus de 70 communautés linguistiques vivent côte à côte. En effet, avant la pénétration coloniale, ces différents groupes commerçaient entre eux au-delà des frontières de leurs territoires respectifs. En plus de ces langues, il est important de savoir qu'il existe plusieurs langues transfrontalières qui sont parlées sur le territoire national, ce qui facilite les interactions à l'échelle nationale. Les principales le sont : L'anglais pidgin et les deux langues officielles ; l'anglais et le français. Les deux langues officielles sont parlées dans toutes les régions du Cameroun. Le français domine dans huit régions, tandis que l'anglais ne domine que dans deux régions, le Sud-Ouest et le Nord-Ouest. L'anglais pidgin s'étend au-dessus de ces deux régions et est parlé dans d'autres régions francophones comme Douala, Nkongsamba, le pays Basaaa entre autres... La partie nord du Cameroun est dominée par la langue fulfulde. Il est très répandu dans cette région. Sa propagation est le résultat de la propagation de l'Islam qui l'accompagne. Bien que les groupes linguistiques soient très divers au Cameroun, plusieurs efforts ont été faits pour assurer l'unité nationale par l'apprentissage de ces langues dans les écoles, même par des personnes d'autres régions du pays.